Affaire New stars de Douala : La Fécafoot tombe encore au Tas

24 heures seulement après la première sentence défavorable au sujet de la Ligue de football, elle a vu à nouveau son appel rejetée hier, 15 septembre 2020, à Lausanne.

La Fédération camerounaise de football (Fécafoot) vit des cauchemars ces derniers 48h avec une succession de d’échecs à la suite des procédures auxquelles elle est confrontée depuis quelques temps. Elle n’avait pas encore finit de digérer le revers essuyé sur l’affaire qui l’opposait à la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc) devant le Tribunal arbitral du Sport (Tas) à Lausanne, en Suisse, avant-hier, 14 septembre qu’elle succombait à nouveau hier à la suite d’une autre sentence. Elle est intervenue sur l’affaire opposant la Fécafoot à New Stars de Douala, intervenant cette fois-ci comme appelante. Elle a vu sa requête rejetée d’appel contre la décision de la Chambre de conciliation et d’arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc), qui avait donné raison à New Stars, intimant à la Fécafoot de réintégrer le club de Faustin Domkeu en Elite One.

« L’appel déposé le 29 novembre 2019 par la Fédération camerounaise de football à l’encontre de New Stars de Douala concernant la décision rendue le 21 octobre 2019 par la Chambre de conciliation et d’arbitrage du Comité national olympique et sportif du Cameroun est rejeté », signe Olivier Carrard, le président de la collégialité, assisté de deux arbitres que sont Didier Poulmaire et François Klein. De plus, la Fécafoot, représentée par son conseil Me Prosper Abega, ne s’en sort pas indemne de cette affaire comme perdante seulement. Elle devra encore saigner financièrement. « Les frais de la présente procédure d’arbitrage, dont le montant sera déterminé et communiqué ultérieurement par courrier séparé aux parties, sont mis à la charge de la Fédération camerounaise de football. La fédération camerounaise de football doit verser au (sic) New Stars de Douala Fc la somme de CHF 5000 (cinq mille francs suisses) à titre de contribution à ses frais de défense. Soit environ 3.044.537 FCfa. « Toutes autres ou plus amples conclusions rejetées », conclut le Tas.

L’entêtement de la Fécafoot à ne pas exécuter la sentence de la CCA
New Stars, représenté au Tas par l’un des meilleurs avocats en matière du droit du sport à Lausanne, Me William Sternheimer, a alors passé plus d’un an sans activités, sans compétition, puisqu’on ne savait plus à quel championnat appartenait le club de Douala. Le Tas vient ainsi de confirmer la sentence de la CCA, rendue le 21 octobre 2019 demandant la réintégration de New Stars en Elite One. En fait, New Stars avait saisi la CCA pour faire appliquer le règlement du 11 janvier 2019 qui maintenait son club en Elite One. La Fécafoot avait alors choisi de ne pas exécuter cette sentence. Mais alors, d’interjeter appel au Tas pour la casser. L’on n’avait pas compris cet entêtement de la Fécafoot à ne pas exécuter la sentence de la CCA mais de saisir le Tas, avec toutes les implications d’une telle saisine. D’aucuns y voyaient même un acharnement contre le club de Douala. C’est l’effet contraire qui s’est produit, avec le rejet de la requête de la Fécafoot par le Tas.

Une autre sentence du Tas très attendue sur l’avenir de l’exécutif actuel à la tête de la Fécafoot
Les sentences du Tas sont d’application immédiate et du coup, New Stars est blanchi et regagne sa place en Elite One. Mais, après un passage à vide, pour n’avoir pas pris part au championnat organisé par le Comité technique transitoire (Ctt) mis en place par la Fécafoot pour mission l’organisation des championnats professionnels. Sauf que ces championnats sont tombés de nuls et de nullité absolue si on s’en tient à la sentence du Tas favorable à la Lfpc. Faustin Domkeu, le président de New Stars, n’entendait pas se laisser compter en matière du payement du préjudice subi par son club. Au cas où cette sentence, très attendue, lui était favorable, il chiffrait sa prétention dans l’ordre d’au moins deux milliards FCfa que devait lui payer la Fécafoot, au titre de dommages intérêts.

La sentence d’hier peut avoir douché sa colère et que probablement, il pourrait revoir ses prétentions à la baisse, comme l’ont souhaité certains observateurs du football. La Fécafoot, n’est pas encore au bout de ses peines. Elle a comparu le 14 septembre toujours au Tas, pour la dernière audience dans l’affaire l’opposant à AS Meiganga et consorts où elle est l’intimée au sujet du dernier processus électoral ayant porté Seidou Mbombo Njoya à la tête de la Fécafoot, en décembre 2018. Une décision du Tas en faveur de ces clubs amateurs, porterait un coup fatal à cet exécutif à la tête de la Fécafoot. Seule une sentence contraire serait salutaire pour cet exécutif. Cet autre verdict est très attendu.

Achille Chountsa

Sports

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *