Annulation de la Can féminine 2020 : La colère des dames

Elles crient à leur « marginalisation » et tentent de faire revenir la Caf sur sa décision.

En raison de la situation sans précédent, l’édition 2020 de la Coupe d’Afrique des Nations féminine a été annulée », lisait-on sur le communiqué final ayant sanctionné la réunion par visioconférence du Comité exécutif de la Caf, du 30 juin dernier. Sur le coup, l’on n’a pas ressenti rapidement les effets de cette décision. Mais, au fil des jours la colère des femmes est montée en intensité ; elles ont pris du recul pour se rendre compte des incidences de cette décision sur le football féminin. A chaud, Alain Defrasne Djeumfa, le sélectionneur des Lionnes Indomptables, redoutait déjà les effets de cette annulation de la Can féminine 2020 : « Le football féminin en Afrique est en promotion. Lorsqu’une Can est annulée comme ça, cela signifie que les filles passeront quatre ans, sans jouer ensemble. Cette situation va amener plus de problèmes que de solutions. Sans prétendre être donneur de leçons, j’avais pensé qu’on pouvait renvoyer la Can féminine, comme on l’a fait avec les autres compétitions.

On aurait pu jouer cette Can en 2021 pour pouvoir rester dans le cadre de la compétitivité. Maintenant, sur le plan technico-tactique, les filles vont beaucoup perdre ; la compétitivité va baisser et au niveau mondial, je crois que le football féminin africain va prendre un coup ». Il avait ainsi fait une analyse objective. Plus grave, Ahmad Ahmad, le président de la Caf, rappelait que la compétition renvoyée en 2022 était qualificative pour la Coupe du Monde féminine de football dont l’Australie et la Nouvelle Zélande avaient déjà été désignées par la Fifa, pour la co-organisation. Avant cela, nos footballeuses se contenteront de jouer en club, pour celles qui sont dans des championnats européens. Les footballeuses évoluant au pays devront attendre le mois de septembre 2020, pour espérer la programmation du début de la saison sportive, pour se mettre en compétition. Ceci après avoir passé plus de six mois sans activités.

Avec du recul, les actrices du football féminin se sont rendues compte de la lourde perte qu’une telle annulation devait entraîner. « Je suis triste par l’annulation de la Can féminine 2020. J’ai du mal à l’accepter. Quoi qu’on dise, le football féminin africain va accuser un retard. Le football féminin africain n’offre pas beaucoup d’occasions pour l’exposition de ses talents. La Can est une porte d’opportunité pour nous. Pour plusieurs footballeuses, la Can représente une occasion majeure pour défendre son pays et s’exposer pour une carrière en occident. Plusieurs d’entre nous ont émergé grâce à la Can. Trois années dans une vie de sportive c’est énorme. Je suis triste pour mes jeunes sœurs et le football féminin africain », s’alarmait Nchout Njoya, rejointe dans la même idée par Gabrielle Aboudi Onguené, la capitaine des Lionnes Indomptables.

« La Caf doit revenir sur les bases de départ »
L’attaquante des Super Falcones du Nigéria Asisata Oshoala, quatre fois ballon d’or africain, n’a pas mis les gants pour critiquer cette décision d’annulation totale de la Can féminine 2020 par la Caf. C’était au cours d’une interview chez nos confrères de Bbc Afrique :
« Ce n’est pas bien pour le football féminin en Afrique, lorsque vous avez du mal à obtenir une nation hôte pour un tournoi continental tous les deux ans. On ne peut pas être à ce niveau en 2020. C’est dommage! La Caf doit revenir sur les bases de départ afin de faire du football féminin l’une de ses principales priorités. Ils doivent donner la priorité au marketing du football féminin. Ces choses se produisent en Europe. La Ligue des Champions féminine ou les tournois Euro se poursuivent et ne seront pas annulés. Si vous la reportez pour 2021 c’est bien! Mais pas de l’annuler complètement. Nous avons besoin d’une explication appropriée. On ne peut pas faire cinq pas en avant et 10 en arrière. Nous avons donc également besoin de plus de soutien de la Caf et pas seulement de nos Fédérations nationales. L’annulation ne sera pas utile, car les équipes seront confrontées à deux ou trois ans sans compétition avant la Coupe du monde féminine 2023 », a-t-elle plaidé.

Il est constant que la décision d’annuler cette Can féminine 2020 n’est pas du goût des acteurs de cette discipline, au regard des lourdes conséquences qui vont suivre. Le Comité exécutif de la Caf dispose encore du temps et des mécanismes pour revenir sur sa décision. Encore que celles qui ont été prises ce 30 juin tiennent compte qu’il n’y ait plus un cas de force majeure pour Obliger la Caf à revoir son nouveau chronogramme d’activités. Ahmad Ahmad et les autres membres du Comité exécutif de la Caf sauverait ainsi le football féminin africain, qui, de toute évidence perdrait de la cote au plan mondial, avec ce manque de compétitivité de ses joueuses, qui seront par conséquent absentes sur la place des transferts. En évitant du même coup que ce football féminin donne l’impression d’avoir été « marginalisé ». Quand la femme se fâche…

Achille Chountsa

Sports, Une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *