Can de volleyball dames 2019 : Les Lionnes et leur ancienne cliente dans la poule B

Le Cameroun évoluera avec le Kenya qu’il a battu en finale lors de la dernière édition en compagnie du Botswana et de l’Algérie ; coup d’envoi ce jour.

Les choses sérieuses ont commencé depuis hier au Caire, en Egypte, pour ce qui concerne la Can de volleyball dames dont l’ouverture, prévue du 7 au 15 juillet, a été repoussée. Mais, elle n’a pas commencé comme prévu. Le décalage est dû au retard qu’ont accusé certaines équipes pour arriver sur le site de la compétition. La Tunisie s’étant d’ailleurs désistée. Le tirage au sort a alors placé le Cameroun dans la poule B de quatre équipes, en compagnie du Kenya, du Botswana et de l’Algérie.

La poule A étant constituée de trois équipes, à savoir l’Egypte, pays organisateur, le Sénégal et le Maroc. L’on se rend bien compte qu’il y a eu un jeu de chaises musicales entre le Sénégal et le Kenya, par rapport à la constitution de ces poules lors du championnat d’Afrique de 2017 qui avait connu le sacre des Lionnes Indomptables face aux Kenyanes. Les Lionnes devront alors croiser un adversaire qui n’a pas encore fini de ruminer la cuisante défaite subie lors de la finale de l’édition précédente. Ce sera le dernier match de la poule B, le 11 juillet prochain. Bien avant, le Cameroun aura rencontré au premier match ce jour, le Botswana et l’Algérie demain, 9 juillet 2019.

Jean René Akono, le sélectionneur des Lionnes Indomptables, était présent à cette cérémonie de tirage au sort hier au Caire. « Nous sommes dans une poule difficile, comparé à l’autre. Non seulement l’autre a trois équipes, l’avantage aussi du pays organisateur. On les a eus il y a deux ans. Il n’y a pas à se plaindre. Ce qu’il faut dire de bien est que le tirage nous permet de monter en puissance, parce qu’on ne commence pas directement par jouer contre le Kenya. On joue contre le Kenya à la dernière journée et je pense que ce sera un match très déterminant pour la première place », analyse-t-il. Seulement, le sélectionneur des Lionnes reste dans l’humilité qu’on lui connaît : « Ceci dit, il ne faut pas brûler les étapes. Il faut gagner les deux prochains matchs, notamment celui de demain (ce jour, ndlr). C’est très important de bien rentrer dans la compétition. Tous les adversaires sont à craindre. Je ne pense pas qu’on paye des millions pour venir ici faire du tourisme. Il faut être très humble et respecter tout le monde », a indiqué Jean René Akono.

Approché par le Team press Officer des Lionnes Thierry Kamto, David Luganaho, le sélectionneur du Kenya, lorgne déjà les demi-finales : « Je pense que c’est un bon challenge et un honneur pour les grandes équipes d’être à ce championnat d’Afrique. Nous sommes dans une poule assez complexe. Nous savons que nous allons jouer contre le Cameroun et ce sera très important, parce que ce match déterminera comment sera la demi-finale ». Quant à Mohand Tamadartaza, le sélectionneur d’Algérie, il feint d’être le plus faible, mais il faudra faire attention avec cette équipe. « C’est un honneur pour nous d’être dans la même poule que les champions et surtout un grand honneur de les jouer avec un grand plaisir aussi. A ce niveau de compétition, l’Algérie est venue pour participer. L’important pour nous est une honorable participation. Maintenant, le résultat, c’est sur le terrain. Il n’y a pas d’adversaire à craindre. On verra sur le terrain. C’est le plus important ». Les Lionnes descendent dans l’arène pour leur premier match, dès ce soir contre le Botswana, comme en 2017. Allez les Lionnes !

Poule A Egypte Sénégal Maroc
Poule B Cameroun Kenya Botswana Algérie

Achille Chountsa

Sports

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *