Célébration : Les pygmées Baka invités au Ngondo

Plusieurs autres populations sont attendues à la fête traditionnelle et culturelle du peuple sawa qui se tient sur le thème de la paix.

Pour l’édition 2019, les festivités du Ngondo se dérouleront autour du thème « Musango » (la paix). C’est la troisième fois en dix ans que les ancêtres du peuple sawa inspirent ce thème aux siens. En 2011 et 2012, les fils et filles sawa avaient déjà été amenés à œuvrer dans la quête de cette paix et sa consolidation. D’après l’analyse de Pamphile Yobe, le secrétaire général du Ngondo, il s’agit cette fois-ci d’une interpellation forte. « Les ancêtres nous demandent une réflexion profonde, car nous n’avons pas encore la paix. Ils constatent que le cri lancé depuis 2011 n’a pas trouvé un écho à la mesure de la gravité. Nous ne respectons pas leurs consignes. Les dissensions persistent dans la société», explique –t-il. Pamphile Yobe déplore toutes les tueries et autres exactions devenues monnaie courante au Cameroun.

Pour le Ngondo, la recherche de la paix passe aussi par l’unité des peuples. C’est dans cet élan que cette année encore, un appel a été lancé aux ressortissants des différentes régions du pays à prendre part aux festivités. Le comité d’organisation de l’évènement s’est d’ailleurs rendu dans huit villages des pygmées Baka, peuple originaire de la région de l’Est, pour les inviter à la traditionnelle « messe de l’eau » qui se tiendra sur les berges du Wouri le 1er décembre. La délégation des pygmées attendue va établir son campement à la salle des fêtes d’Akwa. « Nous souhaitons qu’ils soient bien accueillis et se sentent dans la communauté », a exhorté Georges Dooh Collins, le coordonnateur des activités du Ngondo. Il indique que d’autres invitations ont été adressées au peuple Bandjoun de l’Ouest et de la Lekié au Centre. Il précise qu’en dehors de ces invitations formelles, tout le monde est attendu à ce grand rendez-vous traditionnel et culturel.

Dans le calendrier des activités du Ngondo, une messe œcuménique est prévue samedi 09 novembre 2019 à la paroisse Lotin Same d’Akwa en hommage à 71 ouvriers du Ngondo. Ces petites mains qui ont par le passé œuvré pour la réussite du festival. La veille, une stèle sera érigée dans chaque canton avec leurs différents noms, apprend-on. Au rang des innovations cette année, il y a l’organisation du «grand cabaret ». C’est un concert géant qui se tiendra à la place du gouvernement de Bonanjo le 28 novembre, avec la particularité que les artistes à l’honneur sont uniquement constitués des artistes de cabarets. Un autre show musical baptisé le « Grand concert de la paix » réunira 30 artistes de différents bords à Canal Olympia, le 1er décembre, jour d’apothéose.

Pour le reste des activités habituelles, le comité d’organisation fait savoir qu’elles ont été relookées et les primes revalorisées. Pour la lutte traditionnelle par exemple, le règlement appliqué ne sera plus celui du Ngondo, mais de la Fédération camerounaise de lutte (Fecalutte). Le vainqueur décrochera un million F. Cfa et un voyage pour un stage de perfectionnement. En plus de sa dotation, la Miss Ngondo bénéficiera aussi d’un voyage à l’étranger. Les primes pour la course des pirogues ont également été revues à la hausse. Les visiteurs pourront aussi découvrir la richesse culinaire du Cameroun aux rencontres gastronomiques et apprendre davantage de la culture sawa lors de la grande veillée du Ngondo qui aura lieu cette année au stade Soppo. Un hommage sera d’ailleurs rendu à Paul Soppo Priso de regrettée mémoire. Le Ngondo rendra un autre hommage à l’artiste Sallé John. Cette figure connue de l’ambassy bey au Cameroun prestera sur les berges du fleuve Wouri lors de la « messe de l’eau » le 1er décembre.

Mathias Mouendé Ngamo

Culture, Une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *