Crise post-électorale : Le décryptage de Moustik le karismatik

Lors de la cérémonie des Canal d’Or l’humoriste a relevé que les « sardinards et tontinards » sont indivisibles.

« Moustik tu restes une icône. Que c’est émouvant cette prestation ». C’est le message posté par Leonel Moko sur son mur facebook après la prestation de l’humoriste camerounais le samedi, 9 mars 2019, sur les hauteurs de Nkol-Nyada. C’était à l’occasion de l’acte 12 de canal d’or. Loin de son talent célébré à travers le titre de meilleur humoriste de l’année, il a cri stallisé l’attention des invités et surtout des millions de téléspectateurs. La crise post électorale qui secoue le Cameroun a créé des schismes dont les effets ont vu naître dans les réseaux sociaux, des néologismes tels que « sardinard » et « tontinard ». Face à ces « nouveaux mots », les échanges verbaux sur la toile sont virulents et acerbes.

Comme le dit le dramaturge irlandais, Samuel Beckett : « La tâche de l’artiste maintenant est de trouver une solution pour réparer le gâchis ». Moustik le karismatik l’a bien compris. Dans son texte conçu aux couleurs locales, il se veut clair : « On n’a pas deux familles. Tu vois la lumière qui est là au fond, c’est la lumière des sardinards, des tontinards, des nulparards. Sardinard, tontinard sont tous les enfants de ce système ci ». Et d’ajouter : « Que personne ne vous instrumentalise. Les gens combattent pour leurs intérêts personnels. Le Cameroun avant tout. Les camerounais avant tout. Nous sommes un et indivisible. Laissez la sorcellerie », tonne l’humoriste de l’année sous les applaudissements nourris des invités.

Solière Champlain Paka

Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *