Croyances : Impures 12 fois l’an ?

Pourquoi des femmes sont considérées comme souillées pendant la période menstruelle.

Depuis trois jours, Salamatou est considérée comme « impure » par son mari. La raison est que la jeune femme au foyer est en période de menstruation. Et depuis cette date, ils n’ont pas entretenu des rapports sexuels. C’est « Haram » (péché) de faire l’amour en période de menstrues pour la femme. La « Tôrah » (lois données à la nation d’Israël) est claire là-dessus. Il est interdit de toucher une femme avec un flux de sang dans sa chair. « L’homme et la femme qui s’engagent à le faire sont châtiés par Allah », prévient Amahatma, une enseignante du coran. Même chez les chrétiens, les Saintes écritures interdisent les rapports entre hommes et femmes pendant la période des menstrues.

Dans Lévitique, un livre dans l’ancien testament dans la Bible, il y a des prescriptions à ce sujet. Dans le chapitre 16, verset 19, il est par exemple écrit : « Tu ne t’approcheras point d’une femme pendant son impureté menstruelle, pour découvrir sa nudité ».
Comme justifié dans la bible, le coran et même la culture africaine, seuls les malfaiteurs peuvent se livrer à cet exercice avec des femmes en pleine menstrues pense l’anthropologue Paul Abouna: « Mais comme nous sommes en Afrique, la plasticité peut vouloir qu’on transforme le bien en mal et le mal en bien. Les personnes, surtout les hommes qui entretiennent les rapports sexuels avec les femmes en période de menstrues le font pour exploiter ce sang. Et ils le font généralement avec des maitresses ; parfois, ils recueillent ce sang contre rançon ».

« Privée » de foi
En tant que musulmane, Salamatou s’attèle à respecter les préceptes de la « Tôrah », parce qu’elle est souillée. Elle n’a pas accès à la mosquée, son jeûne a été interrompu, elle n’a pas aussi le droit de toucher au coran. Elle est interdite de toutes ces choses jusqu’à la fin de sa période menstruelle. Et même, après cette période, elle devra faire « l’ablution », un lavage sans savon pour purifier son corps avant de pouvoir toucher son mari. Actuellement, la femme au foyer s’habitue ainsi. Au-delà de ne pas avoir de choix, elle se réjouit de pouvoir faire à manger aux siens chaque 18h, car d’autres femmes au foyer n’ont pas cette grâce : « Certains musulmans radicaux interdisent que la femme passe la nuit dans la même chambre qu’eux, elle ne fait pas à manger pour eux et leurs proches, c’est aussi la raison pour laquelle certains ont plusieurs épouses ».

Superstitions
« Pendant mes menstrues, certains mets que je cuisine, cuisent d’un côté. Ma mère m’a expliquée que pendant cette période, il y a des plats qu’il faut éviter de préparer à l’instar du mets de pistache, du riz et des gâteaux », croit Linda. La jeune fille hait sa période menstruelle parce qu’elle ne peut faire des surprises à son partenaire. Pour l’anthropologue ces interdits s’expliquent par le fait que la période menstruelle est une période de malchance. « Il y a la malchance, puisque la cause de l’écoulement de ce sang est dû à un ovocyte qui n’a pas pu rencontrer un spermatozoïde pour former un œuf et puis l’organisme le rejette, donc ce sang est un déchet humain », a affirmé Paul Abouna.
D’autres parlent des malformations congénitales résultant des rapports sexuels en période menstruelle. L’anthropologue Paul Abouna pense que « le phénomène d’albinisme peut s’expliquer entre autre par le fait que l’on entretient des rapports sexuels en période menstruelle, il y a des handicaps morphologiques, parce que la femme est souillée ».

Guillaume Aimée Mete

Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *