Culture : Un spectacle libère la presse

Des journalistes ont célébré la journée de la liberté de la presse par un show musical.

Sous les sons de batteries, de guitares et de bass, les journalistes et hommes de médias ont passé la soirée du 3 mai en dansant et en sirotant de la bière ou des boissons chaudes. Le répertoire musical était d’ailleurs assez fourni : « Yoma Yoma », de Dina Bell, « Mabanze » d’Anne Marie Nzié, « Sophie », de Dina Bell … Ils étaient comme des anges aux côtés du « press band ». La troupe composée essentiellement de journalistes a offert à leurs confrères un show digne d’un orchestre professionnel, le jour même de la journée de la liberté de la presse.

Assis au milieu des jets d’eau, des roses et fleurs naturelles, sous fonds multicolores, au cabaret le Boukarous, les journalistes étaient comme dans un lit douillet, loin des marches pacifiques, des conférences, des débats et revendications. Loin des contraintes de leur métier exigeant. Certains ont pu se rappeler leur jeunesse. C’est le cas d’Anicet Essala, technicien d’énergie à la Crtv. Faisant partie des interprètes de l’orchestre, il a pu chanter, esquisser des pas de danse et cela lui a fait beaucoup de bien. « La dernière fois que j’ai pu me détendre ainsi c’était en 2017, lors d’une émission télévisé à la Crtv », se souvient-il, égayé.

Le journalisme comme la musique, est un art. Les écrivains du présent l’ont démontré à souhait. Dans l’orchestre chapeauté par Haman Mana, le directeur de la publication du quotidien Le Jour, l’on a retrouvé Séverin Alega Mbele. Le chef du service politique, loin de la direction des rédactions Tv de la Crtv jouait au cabaret les Boukarous. Comme à la présentation d’un journal, l’ancien présentateur du journal télévisé du 20h30 à la Crtv était sérieux et serein devant les cordes de sa guitare. Pour plus d’un c’était une surprise. Les confrères des organes à capitaux privés et publics ont pu découvrir des talents cachés.

Beaugas Orain Djoyeum, le directeur général d’Ict médias strategie, qui a passé sa journée au boulot, confie en esquissant un sourire : « Voir des journalistes prester dans un domaine qui n’est pas le leur est magnifique et cela fait du bien ». Mais ce n’était qu’une découverte parce que Sévérin Alega Mbele, adore souvent le show, mais pas en groupe. Voici son histoire : «Je ne bois pas de l’alcool, je ne fume pas, mais je m’amuse à la maison avec ma guitare, la musique c’est ma passion ». Pour Eric Chinje, ancien journaliste, la soirée est tout simplement fantastique !

Guillaume Aimée Mete

Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *