Elite One : Canon et Bamboutos se partagent les points

Le match disputé en nocturne hier, 12 février 2020 s’est soldé par un score vierge au stade de Ngoa-Ekellé.

La rencontre comptant pour la 21ème journée du championnat Elite One était très attendu par le public de la capitale, mais surtout par les supporters des deux équipes. Le fait d’avoir programmé la confrontation entre Canon de Yaoundé et Bamboutos de Mbouda en décalage n’a pas été une mauvaise chose. Au-delà des enjeux de positionnement au classement, il y avait aussi ce « petit piment » qui rend ce type de rencontre « électrique » : le match des supporters dans les gradins. Pour ce que d’aucuns ont appelé le choc de la 21ème journée, toutes les conditions étaient réunies pour un grand match de football. Les acteurs se sont bien battus sur le terrain. Les supporters ont donné de la voix, des coups de gueule. Mais à la fin, les deux équipes se sont séparées sur un score nul de zéro but partout. Les attaques menées de part et d’autre ont été neutralisées par des dispositifs défensifs bien en place.

L’on attendait un certain Arouna Dang sur le front de l’attaque des Mangwa Boys. Mais, c’est Pierre François Aurélien Etame Ngombe, défenseur central, qui s’est illustré par ses interventions dans la défense de Bamboutos de Mbouda. Le défenseur central a été impérial pendant tout le match, neutralisant toutes les velléités offensives de Canon. En revanche, Arouna Dang aurait pu faire la différence à la 50ème minute de jeu. Il avait la balle de but au bout de sa godasse, seul devant les buts de Can de Yaoundé, mais s’est lamentablement loupé. Laurent Djam, l’entraîneur de Bamboutos, selon certains observateurs, n’aura pas eu tort de le remplacer à 15 minutes de la fin de la partie. Les attaquants de Canon quant à eux ont toujours eu du mal à terminer leurs actions par des tirs cadrés. Le dernier geste leur a toujours manqué tout au long de cette partie. C’est en toute logique que les deux équipes vont se séparer sans but, au grand désarroi de leurs supporters.

A défaut de perdre le match, chacune des équipes s’est contentée d’un point de plus sur son capital. Bertrand Ngougni, l’entraîneur de Canon de Yaoundé n’a pas rougi à la fin du match. Mieux, il regarde l’avenir. « Les deux équipes ont démontré beaucoup de choses. Chaque équipe a eu sa période. Bamboutos la première mi-temps et nous la deuxième. Je pense que le match nul est équitable pour les deux équipes. Il a manqué à Canon un peu plus de conviction et de baraquas devant les buts. Canon – Tonnerre s’annonce. Il faut oublier ce match et récupérer très vite. On a encore un derby dimanche prochain contre Tonnerre. On pense que cette fois-là, ça va passer. On devrait monter à 28 points.

Et il faudrait recoller ceux qui sont en train de vouloir s’échapper ». Laurent Djam quant à lui, juge le niveau du match : « C’est un championnat très difficile et disputé. On va continuer à travailler. Mais, quand vous devez jouer après tout le monde, ce n’est pas facile. C’est un peu compliqué. C’est la dure loi du foot. On va continuer à travailler. Au niveau de l’approche, on s’est un peu précipité. On n’était pas très bien. Il faut qu’on travaille encore deux ou trois choses pour être mieux la prochaine fois. Un point à Yaoundé, c’est une mauvaise opération. Quand on veut le maintien, il y a des points qu’on ne laisse pas. Nous sommes le seul club du Top 5 qui n’est pas constant. Il faut que nos joueurs prennent conscience de cela », analyse-t-il.

Achille Chountsa

Sports, Une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *