Estelle Laura Johnson : Le public lui a collé le surnom Matip

La joueuse de Sky Blue aux Etats-Unis a séduit le public hier, en défense centrale au point d’hériter le nom du défenseur central de Liverpool.

Ce n’est pas seulement parce qu’Estelle Laura Johnson a un teint semblable à celui de Joël Matip, le défenseur central camerounais de Liverpool, en Angleterre, mais surtout parce qu’il y a une similitude dans leur jeu. Un jeu simple, ponctué de passes courtes parfois longues et précises suivi d’une rigueur défensive. Estelle Johnson, a su se démarquer hier, 14 mai 2019 au stade annexe n°1 de l’Omnisports de Yaoundé. Ceci à l’occasion du match d’au revoir des Lionnes Indomptables en route pour la Coupe du Monde féminine de football qui aura lieu en France cet été. La joueuse de 30 ans a débuté la rencontre en défense centrale au côté de la capitaine Christine Manie. Bien que n’ayant jamais joué ensemble, l’on n’a pu remarquer une complémentarité entre les deux. Une adaptation facile de la binationale, qui faisait en effet son baptême du feu à l’équipe nationale du Cameroun.

Selon ses propos recueillis à la fin de la rencontre la joueuse se dit contente d’être là : « je suis très contente d’être là. C’est vraiment fantastique, le public surtout l’accueil très chaleureux ici au Cameroun ». Celle-ci n’a pas manqué d’afficher ses ambitions : « sur le plan individuel je compte me faire une place dans cette équipe. C’est vrai que ce ne sera pas une chose facile quand on arrive dans une équipe avec autant de joueuses talentueuses. Sur le plan collectif nous allons essayer ensemble au mieux de défendre valablement le Cameroun à cette Coupe du Monde ». Celle qui jusqu’ici était la moins connue de la tanière a 150 matchs pro disputés dans sa carrière, née d’un père camerounais au aux Etats-Unis dans l’Etat du Colorado le 21 juillet 1988. L’expérimentée défenseure de 30 ans devrait contribuer à rendre hermétique la défense des Lionnes indomptables à cette Coupe du Monde.
En attendant, lors de la présentation des joueuses, le public lui a très vite collé le surnom Matip accompagné d’une salve d’applaudissements.

Willy Atangana (stagiaire)

Sports, Une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *