Evélé Malik Atour : “Améliorer le cadre de la pratique des activités sportives”

Le président du Comité national Pierre De Coubertin parle des activités du 20ème anniversaire de son institution et fait une rétrospective sur ce qui a été fait jusque-là.

Comment préparez-vous le 20ème anniversaire du Comité national Pierre De Coubertin ?
Le Comité national Pierre De Coubertin a été créé en 1999 et reconnu par le Comité international olympique, le Comité international Pierre De Coubertin et le Gouvernement au cours de la même année, précisément le 10 août et le 16 août respectivement. Pour ce qui est de l’anniversaire, il intervient dans un contexte particulier. Le Comité inaugure une nouvelle phase de la mise en œuvre de son programme de travail notamment par l’organisation des assises sur le sport et l’olympisme. Un instrument et un moyen, un cadre d’échange entre les acteurs de la communauté sportive et la société civile et des intervenants dans le sport, pour améliorer le cadre de la pratique des activités physiques et sportives et de la promotion de l’olympisme au Cameroun, notamment dans la perspective d’une transformation positive de la société.

Quelles sont les activités que vous avez prévues pour cette célébration ?
Nous aurons un certain nombre de communications scientifiques ; le volet scientifique, qui va regrouper un certain nombre d’experts parmi lesquels le Pr Jean Tabi Manga, le Dr Onomo Ghislain, le Dr Bakena Emmanuel, M. Ndjana Robert, qui s’occupe de la lutte contre le dopage dans le sport et ma modeste personne, pour donner des opinions sur un certain nombre de problématiques touchant le cadre du sport et de l’olympisme au Cameroun. Après cette partie scientifique, interviendra une phase protocolaire au cours de laquelle le Comité national Pierre De Coubertin remettra ses trophées de l’année 2019. Cela aura lieu le 10 octobre 2019.

Combien de catégories y aura-t-il ?
Les trophées, il y en aura dans trois catégories. La catégorie excellence sportive, avec le trophée de l’athlète de l’année, le trophée de l’athlète junior de l’année et celui de l’équipe de l’année. Ensuite la catégorie personnalité rayonnante où il y aura le dirigeant sportif de l’année, l’arbitre de l’année, l’entraîneur de l’année et l’organisation sportive de l’année. Enfin, un trophée d’esprit chevaleresque, qui sera remis à un sportif dont le travail scolaire et la performance, ses résultats sportifs sont en conformité avec l’idéal du baron Pierre De Coubertin, qui est celui de rechercher permanemment l’excellence.

Comment allez-vus procéder pour faire le choix de ces lauréats ?
Le Comité national Pierre De Coubertin a ce qu’on appelle un observatoire national sur le sport et l’olympisme. Au-delà de cet observatoire, le Comité national Pierre De Coubertin a des structures en son sein, notamment la Commission nationale de développement des activités sportives, la Commission de promotion de l’olympisme et des relations avec le mouvement olympique, qui ont été à pied d’œuvre pour observer justement, pour scruter, regarder, analyser et proposer à la Commission exécutive la liste des récipiendaires, laquelle a été transmise au Comité international Pierre De Coubertin. Le Comité international Pierre De Coubertin a approuvé de leur attribuer les trophées en question compte tenu des éléments en notre possession et des résultats de nos investigations.

20 ans déjà. Qu’avez-vous fait ?
On a fait beaucoup de choses. Dans le cadre de l’olympisme scolaire, nous avons structuré tout le programme olympique scolaire au Cameroun. C’est le comité national Pierre de Coubertin qui a engagé la promotion de l’olympisme à l’école, avec la Coupe entre les clubs olympiques, les Jeux de l’avenir que nous avons organisés. Nous organisons régulièrement et chaque année la journée olympique scolaire. Nous avons organisé récemment la Coupe du Cameroun de dictée olympique. Nous avons organisé un festival olympique des arts du spectacle scolaire amateur. Au plan scolaire, nous avons fait pas mal de choses. Nous allons continuer dans ce sens. Au plan de l’accompagnement des acteurs du sport, nous avons organisé en 2002 par exemple le forum sur la gouvernance du football camerounais.

De quoi était-il question ?
C’était une activité très importante au cours de laquelle les participants ont anticipé sur ce qui se passe aujourd’hui dans le football camerounais. Ça fait 17 ans que nous avons vu cela (…) Les conflits de toutes sortes, les intérêts qui prédominent sur l’intérêt majeur qui est celui de faire progresser le football, de faire bénéficier du football au plus grand nombre. Ce sont des problèmes de gouvernance à tous les niveaux. Gouvernance des compétitions, des activités, des ressources etc… Nous avions vu ça depuis 2002 lorsque nous intitulions le thème du forum « Donner une chance au football ». Nous ne pensons pas jusqu’aujourd’hui qu’une chance a été donnée au football, 17 ans après. Au-delà de ce forum, nous avons organisé des séminaires pour les secrétaires généraux de fédérations.

Et plusieurs autres ateliers de formation nous semble-t-il…
Nous avons organisé un séminaire sur la gouvernance électorale au regard des principes olympiques ; cela au lendemain que les fédérations ont pris de manière unilatérale, de proroger leurs mandats. Ce qui nous semble quand même olympiquement bancal et injustifié. Les principes olympiques de bonne gouvernance commandent que l’on renouvelle les mandats à leur terme. Donc, le Comité national Pierre De Coubertin l’a fait. Au-delà de cela, nous avons organisé des séminaires pour les présidents des Commissions d’éthique des fédérations sportives, pour les commissions des arbitres dans fédérations sportives sur la thématique des aspects légaux liés à l’exercice de la fonction d’arbitre. Il y a eu des séminaires de renforcement des capacités, concernant notamment l’appropriation du nouvel instrument de régulation des activités physiques et sportives au Cameroun ; plusieurs autres activités en direction des acteurs étatiques et non-étatiques du sport. Nous avons accompagné dans le cadre du développement des activités sportives des promoteurs telles le Tournoi international Semence olympiques en 2018, avec un encrage sur une action de Fair-play. Nous avons remis des diplômes et des trophées de Fair-play à des jeunes sportifs et leurs encadreurs, qui se sont particulièrement illustrés par l’idéal du Fair-play. Nous avons à l’occasion, sensibilisé toutes les parties prenantes à cette compétition à l’idéal du Fair-play et se manifestations essentielles. Nous poursuivons cette collaboration avec d’autres promoteurs sportifs qui organisent des compétitions d handball. Le Comité lui-même a organisé déjà une Coupe Pierre De Coubertin pour le futsal, pour le judo, pour le basketball 3 contre 3 ; nous avons organisé Héroïne’s cup comme activité pour promouvoir le sport féminin. En 20 ans comme vous le voyez, le Comité a fait du chemin.

Propos recueillis par Achille Chountsa

Sports

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *