Le milieu de terrain défensif du CS Maritimo au Portugal est une des curiosités de la liste de Toni Conceiçao pour les matches des Lions Indomptables face au Cap Vert et au Rwanda.

Né au Cameroun le 7 avril 1995 à Douala d’un père footballeur (Justin Bambock aujourd’hui entraîneur de football et préparateur mental), Franck-Yves Bambock s’en va très tôt, à quatre ans, retrouver son père à Paris. Ce dernier est alors entraîneur de l’équipe d’Antony en région parisienne. Lors de sa première visite au centre d’entrainement où son père s’occupe de l’équipe première d’Antony, le jeune Franck Yves est frappé par le respect des joueurs envers son père et lui lance dans la voiture au chemin de retour : « Papa, je veux être comme toi, je veux faire ce que tu fais ». La réponse du papa ne lui offrait pas le paradis, au contraire : « Pour être comme je suis, il faut d’abord avoir une carrière de footballeur, puis faire d’autres études, avoir de la chance et poser ses valises où tu es respecté pour entraîner à des milliers des kilomètres de là où tu es né. Ce qui est plus facile à réaliser, c’est de faire ses études académiques et trouver facilement un travail décent pour construire ta vie ».

« Papa, je serai comme toi », a rétorqué le gamin. « Dans ce cas, donne-moi le baccalauréat d’abord, et tu auras la voie que tu veux ». Franck-Yves Bambock intègre l’équipe d’Antony entraînée par son père. Trois années plus tard, il est repéré par les dirigeants du Paris Saint Germain où il retrouve des coéquipiers comme Presnel Kipembe et autres Adrien Rabiot. Il « casse tout » (ce sont les termes de son père), dans les équipes des jeunes du PSG. Appelé en équipe de France de différentes catégories, il joue 11 matches en U16 de 2010 à 2011, sept matches en U17 en 2012 et deux matches en U18 en 2013. Désormais titulaire d’un baccalauréat, il est libéré de la pression parentale et peut s’ouvrir le chemin des contrats de footballeur. Il fait partie de l’effectif du PSG qui rafle tout en 20142015 : championnat de France, coupe de France, Coupe de la Ligue et trophée de champions. Mais il n’entre pas dans les plans de Laurent Blanc, et choisit d’aller chercher du temps de jeu en Espagne où il signe pour deux années à SD Huesca.

Toujours à la recherche du temps de jeu en première division, il fera un tour en Hollande au Sparta de Rotterdam, puis un retour en Espagne dans Cordoba CF, une pige de six mois en Israël au Maccabi Petah Tikva avant de poser ses valises au CS Maritimo. Sa compréhension rapide du portugais, pas loin de l’espagnol qu’il parle couramment, sont ses outils pour une très rapide intégration dans son nouveau pays d’accueil. Le milieu de terrain défensif est déjà bien intégré, lui qui a déjà joué 10 matches (toutes compétitions confondues) cette saison et marqué trois buts. Rapidement constitué en cadre de cette équipe de première division portugaise, suffisant pour frapper à l’œil de Toni Conceiçao, le sélectionneur des Lions Indomptables.

Les qualités athlétiques de Franck-Yves Bambock, sa lourde frappe du droit et son combat permanent peuvent être des atouts dans le milieu de terrain des Lions qui a perdu depuis quelques années, des joueurs physiquement puissants pour les duels défensifs. Avec ses 181 centimètres et ses 76 kg, FranckYves Bambock rejoint la grande équipe A des Lions Indomptables et portera dorénavant le maillot frappé des cinq étoiles continentales, avec sa griffe de Lion. En faisant venir ce milieu défensif pour les deux rencontres des Lions Indomptables face au Cap Vert et au Rwanda, Toni Conceiçao fait d’une pierre deux coups : récupérer à la France, ce talent formé au PSG et renforcer (en puissance) le milieu de terrain des Lions Indomptables.

David Eyenguè

Sports

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *