Herman Essomba : « Des risques demeurent»

Le chef section communication pour le développement au Programme élargi de vaccination fait l’état des lieux de la poliomyélite au Cameroun.

Le Cameroun reçoit du 29 octobre au 08 novembre, une visite des membres de la Commission régionale de certification pour l’éradication de la polio en Afrique (Crca). De quoi s’agit-il exactement ? Comment avez-vous préparé cette rencontre ?
Le Cameroun a préparé jusqu’ici cette visite avec beaucoup de sérénité car, il s’agit de soumettre comme beaucoup d’autres pays une documentation qui retrace tous les progrès réalisés dans la lutte contre la polio. Cette visite vient aider le Cameroun à apprêter ladite documentation qu’il est appelé à soumettre au mois de mars 2020. Pour accepter cette documentation, le comité s’appuie sur certains critères : l’existence des comités polio fonctionnels ; la bonne qualité de la surveillance ; le système de vaccination de routine robuste ; des activités de vaccination supplémentaires ou campagnes (Avs) de haute qualité ; les activités de confinement menées.

Quel est l’état des lieux de cette maladie au Cameroun ?

En 2013, le Cameroun a enregistré 04 cas de Polio virus sauvage (Pvs) et 04 poliovirus de type circulant (cDVPV). En 2014, on a eu 05 cas de Pvs mais depuis lors jusqu’à ce jour, aucun cas de Pvs n’a plus été détecté dans notre pays. C’est un progrès qui atteste que la multitude d’actions menées sur le terrain porte. Le Cameroun est en pleine marche vers la certification et les défis demeurent dans le sens de l’augmentation de l’immunité collective, la mobilisation des ressources humaines et financières et enfin le renforcement de la surveillance épidémiologique.
Depuis le mois de mai 2019 dernier, on a tout de même isolé dans l’environnement un Cdvpv dans la région de l’Extrême Nord (Mada) et ceci vient nous montrer que nous ne devons pas baisser les bras. Des risques résiduels demeurent et nécessitent notre vigilance. Ces risques résiduels sont la circulation non détectée de Pvs ou l’importation du Pvs des 02 pays endémiques à l’heure actuelle dans le monde (Pakistan et Afghanistan). Quelques facteurs qui justifient ces risques: l’existence dans notre pays des zones inaccessibles du fait de l’insécurité (EN, NO, SO); des poches sous performantes en matière de surveillance; des gaps dans les connaissances des acteurs de la surveillance; l’implication insuffisante des communautés; des couvertures vaccinales insuffisantes; des insuffisances de la chaîne de froid/logistique. Et pour l’importation du Pvs, le risque vient des flux transfrontaliers persistants et non maîtrisés de populations ainsi que l’insuffisance des activités transfrontalières. Deux types de virus de poliomyélite ont été éradiqués dans le monde. Quels sont ses types de virus ? Quels sont les défis qui restent à relever ? Quelles stratégies menées pour l’éradication totale de cette maladie en 2025 Ce sont les types 2 et 3 qui ont définitivement été éradiqués. Le certificat pour l’éradication du poliovirus sauvage de type 3 a été remis le 24 octobre dernier au Directeur général de l’OMS à Génève. Le défi actuel est d’éradiquer le poliovirus sauvage de type 1 (PVS1) encore endémique dans deux pays dans le monde, à savoir le l’Afghanistan et le Pakistan. Les stratégies menées pour l’éradication totale sont : le renforcement de la vaccination de routine, le renforcement des activités de surveillance; l’organisation des campagnes de qualité.

Rappelez-nous ce qu’est la poliomyélite, ses causes, ses conséquences, quelques conseils pratiques.
La polio est une maladie du péril fécal contagieuse, causée par un virus appelé poliovirus qui attaque surtout les membres, les affaiblit et les paralyse pour tout le reste de la vie. La personne ainsi paralysée devient une charge pour la famille, la communauté et le pays tout entier. Pour éviter la polio il faut : se laver les mains à l’eau propre et avec du savon, avant de manger après les toilettes ; faire bouillir l’eau avant de la boire ou utiliser une autre méthode de potabilisation ; laver les fruits et les légumes avec de l’eau propre avant de les manger ; ne pas faire les selles à l’air libre, mais utiliser les latrines ou les WC; et surtout faire vacciner contre la polio à toutes les occasions.

Propos recueillis par
Vicky Tetga

Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *