Hommage : Richard Bona remet Manu aux ancêtres

Le bassiste camerounais célèbre le saxophoniste en reprenant un de ses titres.

Depuis le décès de Manu Dibango, les hommages fusent de partout. On honore la mémoire d’un pionnier. On pleure une star planétaire. On regrette le départ d’un saxophoniste de talent. En y ajoutant chacun ses épices, on interprète les chansons du disparu. Richard Bona a choisi « Oh Koh », le titre de Manu Dibango tiré de l’album Mboa’Su chanté en Douala. Dans la version originale, l’auteur fustige les hommes qui s’accoquinent avec les femmes d’autrui. Bona y traduit plutôt sa stupéfaction face à la mort du saxophoniste. « Oh koh ! Nous avons appris que c’est arrivé à Manu. Nous avons appris que c’est arrivé à l’hôpital. J’ai fait un mauvais rêve te concernant », s’exclame Richard Bona à travers cette reprise postée sur les réseaux sociaux. Youtube et Facebook entre autres. Un mélange de basse qu’accompagne sa voix céleste, qui nous replonge dans ces délicieux moments qu’offrait le Grand Manu. Par moment, il imite la voix grave de Manu et imite le son du saxophone avec sa bouche.

Les paroles de la chanson deviennent alors plus profondes. Bona fustige le vilain virus qui a emporté notre star et l’égoïsme de l’humain à l’origine de la perte du monde. « La bouchée que tu voles n’est jamais douce. La marée est haute, mais vous mourrez de soif. Vous faites la guerre juste pour tuer les autres», déplore Richard Bona pour qui la fin du monde serait peut être proche. Pour lui, l’homme a franchi tous les interdits. Interdit qu’il traduit par des océans. A la fin de cette balade musicale, Bona supplie les ancêtres d’accueillir Manu Dibango. A Danger NgandoKonne, l’un des pionniers du Makossa, et Francis Bebey, il demande de sortir de leur demeure pour lui faire un standing ovation. Un appel que ces ceux-là ne bouderont sans doute pas. Après tout, c’est le Grand Manu. Une icône qui nous a malheureusement quittés le 23 mars 2020.

Cathy Yogo

Culture, Une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *