Hôpital Général de Douala : Pénurie des kits d’hémodialyse

Les patients sont réduits à une séance de dialyse par semaine, au lieu de deux comme par le passé.

Une rumeur autour de la pénurie des kits d’hémodialyse a abondamment circulé la semaine dernière dans les couloirs de ce service à l’hôpital Général de Douala. Mais les patients, confiants, restaient un peu sceptiques. Le doute a ainsi plané jusqu’à la fatidique annonce «officielle» survenue lundi 26 juin 2018. Fota Forest, le Major du service d’hémodialyse, a indiqué ce jour-là aux patients qu’ils n’auraient pas droit à leur deuxième séance de la semaine, en raison de la pénurie des kits. Le Major a cependant relevé qu’un avion-cargo transportant ce matériel pourrait atterrir au Cameroun en cette fin de semaine. «Il y aurait retour à la normale cette semaine », a-t-il tenté de rassurer.

Alain Njipou, un patient, fait savoir qu’au lieu de deux séances de dialyse par semaine, les malades sont réduits à une seule séance par semaine. Loin des standards internationaux qui recommandent trois séances par semaine. Les quelque 300 malades rattachés au service d’hémodialyse de l’hôpital Général crient donc leur désarroi depuis l’annonce de cette pénurie. Ils craignent des complications sur le plan de leur santé et ne savent plus à quel saint se vouer. « Il n’y a que ces séances d’hémodialyse qui nous permettent de nous maintenir en vie. Les machines remplacent les fonctions des reins, éliminent les déchets et les toxines, filtrent le sang », explique un autre patient. Qui indique que le Kit est en fait un ensemble d’équipements constitués de reins, lignes, aiguilles, seringues, compresses, héparines, bibag, entre autres.

Pénuries récurrentes
Le Jour a en outre appris qu’il a été recommandé aux patients désirant malgré tout suivre les deux séances d’hémodialyse par semaine comme il était de coutume avant la pénurie, de se rendre à l’hôpital avec leur propre kit. L’ensemble de ces équipements, difficiles à retrouver, se dénichent dans le marché noir à hauteur de 40 000 F. Cfa, bien au-dessus des moyens financiers de plusieurs malades, apprend-on. Pour mieux gérer cette situation de crise, les pensionnaires du service d’hémodialyse ont été invités à s’abstenir de boire beaucoup d’eau pendant la durée de la pénurie et à faire attention à leur régime alimentaire.

A l’hôpital général de Yaoundé, par contre, la situation reste sous contrôle. Les malades continuent normalement de suivre leur traitement. Ce n’est pas la première fois que des patients du service d’hémodialyse des hôpitaux Général de Douala et Yaoundé se retrouvent dans une situation de crise. Plusieurs pénuries du genre ont été enregistrées en 2017. Des pannes de machines ont également été signalées. On se souvient qu’il y a environ trois mois, le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda, avait annoncé l’installation de 25 machines d’hémodialyse à l’hôpital Général de Douala et 25 autres à l’hôpital Général de Yaoundé pour résoudre le problème.

Mathias Mouendé Ngamo

Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *