Initiative : La littéraire congolaise à l’honneur

L’écrivain Henri Djombo est la « Guest star » des Journées littéraires et artistiques de Yaoundé qui se sont ouvertes mercredi dernier en présence des férus de la lecture.

Yaoundé qui se sont ouvertes mercredi dernier en présence des férus de la lecture. Henri Djombo fait partie des poids lourd de la littérature africaine. Son œuvre multiple dans sa dimension thématique, variée dans son ton et très riche dans son engagement humain, fait de lui une valeur. Cette description sommaire est loin de peintre à suffire cet homme d’Etat et écrivain congolais pour qui : « Le livre est la mémoire. Si nous abandonnons le livre, nous perdons la mémoire ; c’est un compagnon quotidien ». Mais dans un environnement de plus en plus digital, les jeunes sont de plus en plus immergés dans le numérique et les réseaux sociaux en longueur de journée. L’auteur du livre « Mort vivant » est au Cameroun depuis quelques jours à l’occasion. C’est à l’occasion des Journées littéraires et artistiques de Yaoundé qui se sont ouvertes mercredi à la galerie des arts contemporaines sous le thème : « Henri Djombo, voix et voies d’une œuvre littéraire singulière ».

Écrivain fécond et passionnant dans une société où le silence gagne du terrain, il manie sans coup férir les tares de nos sociétés en posant avec dextérité, les mots sur les maux. Le président de la Ronde des poètes, Jean Claude Awono, trouve en lui un écrivain sincère : « Lorsque vous êtes en face d’une œuvre d’Henri Djombo, vous êtes impressionnés par la liberté de ton de cet homme d’Etat qui occupe des responsabilités très élevées dans son pays. Son œuvre a ceci de particulier qu’elle donne la possibilité de parler à partir du haut, parler vrai, parler sincère, de parler parfois très critique ». Et d’ajouter : « Il fait partie des grandes figures littéraires africaines. Le Congo c’est le plus grand pays de production d’écrivain en Afrique ».

Avant d’être hissé au rang des grandes figures littéraires du continent, il a connu des difficultés. « Nous avons en partage le goût de la lecture donc du livre. Nous devons mettre nous expériences communes, œuvrer pour que l’industrie du livre, l’industrie culturelle puisse connaitre des jours meilleurs. Cela passe aussi par la collaboration et la coopération entre les éditeurs, libraires etc. » a fait savoir Henri Djombo. L’objectif de ces journées organisées par plusieurs ssociations culturelles parmi lesquelles la Ronde des poètes est de trouver dans la littérature un échange de toute sorte. Parmi ses oeuvres on peut citer entre autre Le mal de terre, La traversée, Vous mourrez dans dix jours… Il s’investit plus dans le théâtre et le roman.

Solière Champlain Paka

Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *