Livre : La faillite de l’Elite Eton

Valentin Nga Ndongo appelle les jeunes de cette ethnie à tourner le dos à la division engendrée par les ainés et propose à ses frères de prôner la solidarité.

ne Elite est faite pour briller ; elle est une lampe qui éclaire la société par ses compétences et ses performances. Dans le groupe ethnique Eton, on en compte une pléiade dans divers domaines de la société ayant marquée l’histoire du Cameroun comme le tout premier ministre André-Marie Mbida ou encore le philosophe Marcien
Towa par ses écrits. D’autres personnes de ce groupe ethnique, continuent d’ailleurs d’écrire l’histoire du pays Malgré la ressource humaine assez disponible, le département de la Lékié ou singulièrement le groupe Eton peine et est à l’ombre du développement. Sa jeunesse est l’une des plus sinistrée et massivement au chômage. C’est un diagnostic sombre que dresse le sociologue, Valentin Nga Ndongo, dans son nouveau ouvrage intitulé : « Les Eton du Cameroun : Esquisse de géopolitique interne » publié aux éditions l’Harmattan.

Il ne s’agit pas d’un pamphlet. Selon l’auteur, c’est un essai critique de sociologie c’est-à-dire un point de vue sociologique sur des faits et non des fables. Cet ouvrage subdivisé en 4 chapitres est une immersion au sein du peuple Eton dont la bravoure historique a fait d’elle une communauté ayant des spécificités particulières. Comme d’autres groupes ethniques, les Eton connaissent tout aussi des problèmes de route, chômage galopant, l’exode rural des jeunes en quête de meilleures conditions de vie entre autres. Pour l’auteur, l’Elite Eton est egocentrique et arrogante ; elle est divisée dans une contrée où l’activité économique jadis prometteuse avec la cacao-culture et d’autres produits vivriers est en crise. Ces nouvelles élites utilisent à leur guise selon l’auteur, des antivaleurs pour combattre leurs « frères » de l’ethnie avec qui ils sont en lutte permanente. Ces élites se marchent dessus. On la retrouve dans le sport, (Aboudi Onguene) la politique, dans l’administration et dans le secteur économique. Certains membres de ce groupe ethnique ont occupé des postes ministériels à l’instar d’Essimi Menye ou encore Urbain Olanguena Awono, aujourd’hui derrière les barreaux.

Ecrit dans un style simple avec des anecdotes croustillantes, « Les Eton du Cameroun : Esquisse de géopolitique interne », est un creuset pédagogique ou s’entrecroise des faits et rien que des faits. Valentin Nga Ndongo, fait d’ailleurs savoir que c’est à l’Elite Eton qu’incombe la responsabilité du développement véritable et donc du devenir de cette contrée. Pour réussir dans cette renaissance des Eton, la jeunesse a un rôle prépondérant à savoir : tourner le dos aux turpitudes des aînés sociaux, cultiver la solidarité et l’engagement sincère. Il faut selon l’auteur, s’appuyer sur le glorieux passé pour construire le présent et le futur de ce peuple car avec la restructuration de la ville de Yaoundé, de nombreux villages dont ceux de la Lékié seront absorbés. Les Eton occupent actuellement un petit territoire d’une superficie d’un peu moins de 3000 km2 dans le département de la Lekié. On retrouve dans ce groupe ethnique 3 sous-groupes :
« Eton-Beti, Eton Beloua », « Les Manguissa » et les « Batchenga »

Solière Champlain Paka

Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *