Livre : le procès des « chefs de terre »

Dans l’un de ses nouveaux ouvrages intitulé « Un administrateur si vil ! », il les invite à respecter leur devise en évitant de se laisser aller à des facilités et à des compromissions.

« Trop d’administrateurs se laissent aller à des facilités et à des compromissions qui font que, les gens sont convaincus qu’ils ne sont pas des administrateurs civils mais des administrateurs si vils ». Cette déclaration est du gouverneur en retraite, Abakar Ahamat. Après ‘’L’Audace d’être diffèrent’’ et ‘’Ni courtisan, Ni flagorneur’’, il revient, cette fois avec trois nouveaux essais : L’Envers du décor, The other side of the picture et Un administrateur si vil ! tous parus aux éditions de Midi. Fonctionnaire de commandement de terrain et retraité depuis 2015, l’ancien gouverneur de la région du Nord-Ouest a décidé de partager son expérience et son expertise à travers ses écrits. Dans son ouvrage intitulé : « Un administrateur si vil! », il décrit l’attitude de certains administrateurs civils, qui se servent au lieu de servir leurs administrés. Une attitude qui ternit l’image du corps.

D’administrateur civil, si vil et si vite formés, l’auteur invite les uns et les autres à faire leur choix. Du haut de son expérience dans le commandement, l’auteur prolifique « leur conseil de rester administrateur civil ; ces fonctionnaires multidimensionnels, interministériels, multifacette et qui ont une devise à respecter ». C’est un véritable coup de pied que l’auteur donne au sein de l’administration civil au Cameroun car pour lui, il est inconcevable qu’un administrateur civil se retrouve en prison pour corruption et détournement.
Dans « L’envers du décor », l’auteur nous plonge dans les dédales des rapports conflictuels entre les collectivités territoriales décentralisées et la tutelle, parle également de la décentration entre autres. Abakar Ahamat relève certains maux et propose d’ailleurs des alternatives pour y faire face. La rencontre avec des hommes de médias le 9 janvier dernier à la librairie des Peuples noirs a permis de déceler quelques points d’ombre pour une meilleure compréhension.

Solière Champlain Paka

Culture, Une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *