Nous avons suivi avec beaucoup d’intérêt le discours du président de la République du 10 septembre 2019. Nous en retenons qu’enfin il accepte la tenue d’un dialogue National inclusif avec pour socle la crise qui secoue les régions du Nord-Ouest et du sudouest. Ce faisant M Biya accède à notre revendication formulée depuis 2017 sur l’incontournable dialogue et la vacuité de l’option guerrière dans la résolution de la crise Anglophone. Bien que nos désidératas notamment sur les étapes et les préalables au dialogue n’aient pas été adressés pour l’instant, La Plate-forme de la Société Civile pour la démocratie salue cette annonce de Dialogue qui devrait pouvoir jeter les bases d’une réconciliation Nationale avec la résolution définitive de la crise Anglophone.

Dans cette perspective, nous souhaitons que le Premier Ministre (par ailleurs victime comment des milliers d’autres citoyens de cette escalade de violence), qui a reçu mandat pour l’organisation de ce dialogue prennent les mesures urgentes nécessaires pour garantir la tenue d’un dialogue effectivement inclusif, sincère avec des résolutions d’application immédiate. La Plate-forme de la Société Civile pour la démocratie regrette par ailleurs que le président de la République n’ait pas au préalable facilité la tenue de la Conférence générale Anglophone dans l’optique de la production d’un leadership anglophone consensuel pouvant parler d’autorité au nom de la partie anglophone lors de ses assises. En effet, qu’il s’agisse des députés ou des conseillers municipaux (cités en premiers par le Chef de l’Etat dans son discours), aucun d’eux n’a plus la légitimité nécessaire et suffisante pour parler sérieusement, et de MANIERE EXCLUSIVE, au
nom du peuple anglophone, La Plate-Forme reste de ce fait convaincu qu’un dialogue direct entre les parties en conflit dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-ouest aurait été un préalable fondamental à la réussite du dialogue inclusif .

De même, La Plate-forme de la Société Civile pour la démocratie est très préoccupée par les garanties qui pourront être données à certains leaders anglophones de la Diaspora afin de s’assurer leur pleine participation à cet important dialogue.
La Plate-forme regrette en suite que la libération des détenus anglophones incarcérés dans le cadre de cette crise n’ait pas été comprise par le Chef de l’Etat comme un déterminant fondamental pour le succès de ce dialogue.
La Plate-forme de la Société Civile pour la démocratie souhaite vivement que cette question, à défaut de constituer un préalable, constitue un point fort de l’agenda et des résolutions du Dialogue National.
La Plate-forme de la Société Civile pour la démocratie souhaite avec insistance que le Premier Ministre clarifie l’opinion sur le format, le contenu et le sort des décisions qui seront adoptées dans le cadre de ce dialogue. En définitive, La Plateforme de la Société Civile pour la démocratie en appelle donc à toutes les forces de la Société Civile pour une démarche commune en vue d’une participation plus efficace à ce Dialogue National dans le sens des intérêts bien
compris des citoyens.

Fait à Kribi le 11 septembre 2019
Hilaire KAMGA Porte-Parole de la plateforme de la Société Civile pour la démocratie

Opinion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *