Par Jean-Simon Ongola Omgba : L’union républicaine face au Covid-19

La lutte contre le coronavirus est bien engagée par le gouvernement du Cameroun. Nous avons devant nous des moments qui peuvent être d’une terrible difficulté, nous redoutons des semaines de lutte et de souffrances : les populations doivent en prendre conscience. Les rassemblements de populations, le non respect des prescriptions des autorités sanitaires sont visibles, patents et même consternants. Les taxis continuent à surcharger les passagers au mépris de la mesure de distanciation que nous impose la crise du COVID-19. Les minicars transportant les étudiants vers les campus n’ont rien changé de leurs habitudes. Les bars et les marchés grouillent de monde sous le regard désespéré de quelques citoyens conscients de la gravité de la situation qui semble échapper à de nombreux citadins de notre cité capitale.

La mesure concernant les rassemblements de plus de cinquante personnes n’est que peu, voire pas respectée du tout. Ces mesures de restriction pâtissent de l’indiscipline générale des populations. Il convient de rappeler avec insistance aux uns et aux autres que le danger du COVID-19 n’est pas anecdotique. Les risques de contamination par une simple poignée de main sont réels. L’exigence d’une application drastique et plus stricte des règles sanitaires s’imposent face au danger de propagation de la pandémie. Nous devons bien sûr assurer les mesures de tolérance nécessaires pour laisser aux citoyens la possibilité de continuer à s’approvisionner pour leur alimentation, ceci dans la discipline.

Face à cette crise inédite, le devoir de solidarité et le respect des règles vont de paire. Ceux qui restent dans une posture de récrimination, de critique ou tout simplement de dénigrement de l’action du gouvernement dans le cadre de cette épidémie, devront se rappeler que la situation actuelle nous impose une union républicaine. La tentation est grande de substituer au combat contre le virus mortel, des considérations politiques et même dramatiquement politiciennes. Le moment n’est pas à l’invective, au jeu de petites phrases assassines. Nous devons nous exonérer du « bashing ». Cessons de faire de la politique un « fight club ». Gardons au vestiaire notre cynisme, notre orgueil pour laisser la place à une action collective et intelligente pour le bien de chacun et de tous.

Tous les partis politiques doivent se donner pour objectif d’être des acteurs de la lutte contre la pandémie par une communication adéquate et simple en direction de leurs militants et sympathisants. Créer les conditions d’une sensibilisation dans nos familles, administrations, entreprises, quartiers et villages. Qui sait quel sursaut pourrait naître de ce mouvement collectif ? Les exécutifs locaux forts de leur pouvoir de police, doivent par arrêtés municipaux, épauler le gouvernement par des mesures adaptées au niveau local pour une meilleure gestion de la crise dans la proximité. Le rôle de chacun est crucial et déterminant.

Si l’Etat et ses démembrements doivent protéger les populations, que chacun s’efforce quotidiennement à faire son de voir qui consiste à se protéger, à préserver sa famille, son voisinage d’une contamination qui peut être mortelle. La désinvolture, la légèreté et la désobéissance civique dont nous faisons preuve ne sont pas seulement irresponsables. Elles sont aussi tout simplement dangereuses. Cessons de nous poser la question « comment allons nous faire pour gagner la lutte contre la pandémie ? ». La réponse est simple. Face à cette redoutable crise sanitaire, la discipline, la solidarité et le respect des prescriptions du gouvernement et des autorités sanitaires internationales doivent être de règle. Nous devons être des citoyens responsables. La légèreté face au COVID-19 peut être suicidaire. Dans ces conditions, la coercition et la contrainte devront être le choix des pouvoirs publics pour freiner l’ampleur que pourrait prendre cette pandémie dans les prochains jours afin d’éviter une véritable descente aux enfers.

Homme politique

Opinion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *