Pr Foumane : « Ces produits assèchent le vagin »

Le gynécologue insiste sur les risques encourus par les adeptes de ces pratiques dont les conséquences varient selon les formes d’utilisation.

Retrouver sa virginité est la principale raison avancée par ces femmes qui utilisent les produits divers pour le resserrement du vagin, cela est-il possible ?
C’est une illusion car le diamètre du vagin ne changera pas, par contre elles ont l’illusion qu’elles retrouvent leur virginité parc que beaucoup de ces produits ont en réalité pour rôle d’assécher le vagin, d’absorber l’eau et le rendre moins lubrifié. Et quand il n’est pas lubrifié, les parois vont s’accoler à l’organe masculin, les partenaires auront l’impression que le vagin est devenu plus petit, il est simplement moins lubrifié à l’effet de diminution de la lubrification du vagin par assèchement.

Quelles peuvent être les conséquences de l’utilisation de ces différents produits ?
Les risques que ces femmes encourent dépendent du produit utilisé. La première chose c’est que du fait de l’apport d’un agent étranger, d’un corps étranger, il y a le risque infectieux qui est aggravé par le fait que cela perturbe l’écosystème au niveau du vagin, l’équilibre bactérien. Ces corps étrangers ont d’autres effets par exemple ils peuvent entraîner des infections localisée au niveau du vagin. Le premier effet c’est l’assèchement du vagin par des substances telles que l’argile verte, les pierres blanche et noire va les rendre plus fragiles. Parce que lors du rapport sexuel, la lubrification protège contre le traumatisme. C’est pourquoi lors des viols, parce que le vagin n’est pas lubrifié, il y a très souvent des blessures au niveau du vagin. Qui dit traumatisme, ulcération, dit risque infectieux (augmentation du risque d’attraper le vih/sida, l’hépatite B). Comme je l’ai déjà signifié, l’écosystème du vagin sera aussi perturbé
Certaines de ces substances ont un effet nocif, toxique à l’instar du tabac, mais aussi le cannabis que certaines femmes utilisent. Dans ce cas, on a des effets liés à la drogue qui passe par l’accoutumance, le syndrome de sevrage au cas où elles deviendraient des droguées avec tous les problèmes liés à l’addiction au tabac, au cannabis.
L’une des conséquences les plus graves, on a des effets caustiques pour certaines substances notamment les écorces, les feuilles de plantes qui sont utilisées. Ces produits entraînent une ulcération. Celle-ci va s’infecter et créer une grosse inflammation qui va cicatriser et laisser des cicatrices vicieuses au niveau du vagin que nous appelons en ginatrésie qui vont réduire le diamètre du vagin qui peuvent aller jusqu’à fermer totalement le vagin. Les conséquences sont graves en termes de difficultés dans les rapports sexuels, d’infertilité. On va parfois plus loin, même le sang des règles n’arrive plus à circuler. On est parfois obligé d’opérer ces femmes. Et quand elles arrivent à tomber enceintes, le bébé qui pèse plus de 3 kg ne peut passer à cause de cet obstacle cicatriciel autour du vagin. Nous sommes obligés de faire des césariennes. Plusieurs césariennes sont pratiquées du fait d’avoir utilisé ces produits soi disant pour réduire le vagin ou pour nettoyer le bas-ventre.

Tout espoir est-il perdu pour ces femmes ?
Comme dans la plupart des maladies, tout le monde n’est pas logé dans la même enseigne. Il y a des formes minimes pour des conséquences minimes. Il y en a même qui en mettent et qui n’ont pas de conséquence. D’autres ont des formes sévères. Il est donc question de trouver des solutions qui peuvent aller jusqu’à l’hystérectomie. Je me rappelle d’un cas ici où on a eu à enlever l’utérus parce que les règles étaient emprisonnées dans l’utérus parce que passage en bas était totalement bloqué.

Propos recueillis par C.A

Santé, Une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *