Rencontre : Comment améliorer la sante de la reproduction

La réunion des activités pour la mise en oeuvre du dossier d´investissement organisé par le programme national de lutte contre la mortalité maternelle et infantojuvénile s’est tenue à Yaoundé.

La mortalité maternelle et infanto-juvénile, est de fait un problème de santé publique dans ce contexte, et mérite qu´on y accorde une importance toute particulière. L´une des réponses du gouvernement, a été la mise en place du Programme national multisectoriel de lutte contre la mortalité maternelle, néonatale et infanto-juvénile. L´un des instruments de cette lutte est le plan stratégique 2014-2020 de réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infanto-juvénile. Depuis juillet 2016, celui-ci a été complété par le dossier d´investissement pour l´amélioration de la sante de reproduction, sante maternelle, néonatale, infanto juvénile et sante de l´adolescent (Srmnea). Celui-ci est soutenu par le mécanisme de financement mondial, soutien à chaque femme, chaque enfant. Il s´agit d´un partenariat de financement pilote par les pays qui réunissent, sous une direction et une appropriation nationale, un éventail de partenaires importants, fournissant un financement intelligent, a échelle durable afin de mettre fin aux décès de mères, de nouveaunés, d´enfants et d´adolescents d´ici 2030.

La réunion de coordination des activités de Srmnea, se tient dans un contexte bien précis. De l´analyse de la situation de la santé maternelle et infanto-juvénile entre 1998 et 2011, il ressort que le Cameroun a connu une détérioration de certains indicateurs. Le ratio de mortalité maternelle, est passé de 430 décès pour
100 000 naissances vivantes en 1998 à 782 décès pour 100 000 en 2011. Il existe une disparité géographique desdits indicateurs ainsi qu´un accès aux services de santé, bien que le problème se pose avec acuité dans les trois régions du septentrion et celle de l´Est. On relève par ailleurs que la mortalité néonatale est restée stagnante au cours de dernières années, tandis que la mortalité infanto-juvénile diminue progressivement tout en demeurant élevée dans les quatre régions citées. A savoir, 173 et 154 décès pour 1000 naissances vivantes respectivement dans le Nord et l´Extrême-Nord, 103 décès pour 1000 naissances vivantes au plan national.

De plus au regard de l´indicateur tel le nombre d´accouchements assistes par un personnels qualifié, les enquêtes de 2011 et 2014, indiquent que ce taux est passé de 63,6% à. Or dans les régions de l´Extrême-Nord et du Nord, seulement 29% et 35% des accouchements assistes par un personnel qualifie contre 99% à Douala et 96% dans les régions de l´Ouest et du Nord-Ouest. Lorsqu´on interroge les dépenses publiques en matière de sante productive, force est de constater que celles-ci sont relativement faibles et allouées de façon efficiente. En fait le budget du Misante se situe autour de 5% du budget national depuis les années 2000 tandis que seules 14,54% des dépenses totales de la sante sont consacrées a la sante de la production. Il convient de relever qu´il y a une insuffisance criarde et surtout une distribution inéquitable des ressources humaines pour la santé dans le pays. En même temps le secteur pharmaceutique fait face à des défis majeurs, qui impactent négativement sur l´approvisionnement optimal des médicaments et produits essentiels pour la sante de reproduction.

Moise Moundi

Santé, Une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *