Reportage : Othni, lieu d’expérimentation du théâtre

Depuis 10 ans, ce laboratoire s’impose comme un cadre de recherche et de promotion des nouvelles esthétiques dans le jeu et l’écriture théâtrale.

La Nuit tombe sur Yaoundé. A Essos, lieu-dit Titi garage des tambours résonnent dans la cour du Laboratoire de théâtre Othni, et invite les populations à venir célébrer les 10 ans de ce temple culturel. Parmi les invités, les artistes dont les œuvres ont souvent été présentées à l’Othni, les responsables des institutions culturelles partenaires, la presse et de nombreux curieux. Pour plonger le public dans une ambiance de fête populaire, Martin Ambara, le promoteur a invité l’humoriste Valery Ndongo. Star du stand Up au Cameroun, il va régaler l’assistance hilare avec ces « divers du kwatt ». Le temps de laisser à Martin Ambara le soin de préparer un discours émouvant sur la naissance de l’Othni. Projet ambitieux qui n’a pas été facile de mettre sur pied dans un environnement où l’on se soucie peu du plein épanouissement de l’artiste. Un vibrant hommage a d’ailleurs été rendu aux soutiens des premières heures du projet comme l’épouse de Martin Ambara ou la metteuse en scène helvète Aline Steiner, première habitante de l’Otni.

Comme le raconte « son père » Martin Ambara, l’Othni est né d’une frustration, celle d’être limité dans son travail faute de cadre d’expression. « A l’époque, le Centre culturel français avait promis de nous accorder une aide à la création. Il s’agissait en réalité de la mise à disposition de leur salle de spectacle. Je me suis demandé, si j’avais déjà une salle de spectacle qu’auraient-ils mis dans l’expression aide à la création ? », se souvient-il. Ce fut le début d’une prise de conscience et un nouveau départ. Le laboratoire renvoie au champ d’expérimentation.

Dans ce labo pas comme les autres, on fait des expériences, l’apprentissage de nouvelles techniques d’écriture ou de jeu. En bref, on réinvente le théâtre. Celui de demain. Cependant, si le théâtre est au centre de la création de l’Othni, les autres disciplines aussi. Ce 10 mars par exemple, la danse patrimoniale était à l’honneur avec la compagnie « Fleur de lotus ». Selon Martin Ambara, « le théâtre se nourrit de toutes les expressions artistiques ». Martin Ambara a voulu un lieu où les artistes peuvent se déployer à la fois comme créateurs et résidents. Outre les salles d’exposition et de spectacle, une bibliothèque, Othni dispose des chambres où les artistes peuvent dormir pendant la durée de leur séjour. Une cuisine et des toilettes sont aussi disponibles.

Elsa Kane

Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *