Richard Towa : « Je ne suis pas l’entraîneur d’Union de Douala »

Le contrat de l’entraîneur de football arrivé à son terme avec le club la saison dernière n’a pas encore été renouvelé.

Une information circule faisant état de ce que vous n’êtes plus entraîneur d’Union de Douala. Vous la confirmez ?
Non ! Je ne suis pas parti d’Union. Le problème, c’est que j’avais un contrat à durée bien déterminée avec Union de Douala, jusqu’à la fin de la saison. Nous n’avons pas encore négocié le nouveau contrat. C’est pour cette raison que je ne suis pas à ce stage à Mbankomo, parce que nous n’avons pas encore eu le temps de renouveler mon contrat.

Et vous avez espoir que ça va se renouvelé ?
J’ai été contacté par le président du Conseil d’administration. Il est question qu’on s’asseye et qu’on discute sur les modalités du nouveau contrat pour voir s’il y a cette possibilité de continuer à travailler comme auparavant et mettre les choses au clair.

Est-ce que vous n’êtes déjà courtisé par d’autres clubs qui vous font les yeux doux ?
Evidemment, j’ai été approché par certains clubs. Mais, je leur ai dit que je n’étais pas pressé pour prendre déjà une décision. C’est pour cela que je suis calme pour voir comment ça va se passer avec Union.

On vous a vu travailler avec des joueurs de l’élite depuis quelques semaines. Vous continuez ce travail ?
Pour le moment, je fais un entraînement individuel, personnel. J’étais avec ces joueurs, juste pour un temps. Ils sont déjà tous partis rejoindre leurs clubs. Pour le moment, c’est un travail individuel que je fais, comme d’habitude.

Qu’avez-vous constaté comme manquements pendant que vous travailliez avec ces joueurs ?
Juste après le confinement, ces joueurs avaient perdu leurs qualités athlétiques. Il était question de travailler sur la performance de ces joueurs et voir le niveau de leur condition physique. C’est sur ces points qu’on a vraiment mis beaucoup d’accent. Et je pense que beaucoup ont bien profité de cette période où on a travaillé sur le plan individuel.

Vous avez gardé le contact avec ces joueurs ?
On est resté en contact. On s’écrit ; on s’appelle. On est en contact. Ils sont fiers de ce qu’on a fait ensemble.

Est-ce que le fait pour vous de n’être pas à ce stage à Mbankomo ne vous porte pas préjudice ?
Je ne suis pas entraîneur d’Union. Comment est-ce que cette absence va me porter préjudice ? Ç’aurait été un plaisir pour moi d’y prendre part. Mais, pour le moment, je donne une raison simple et claire. Pendant que ce stage se déroule, je ne suis pas entraîneur d’Union. Mais, s’il arrive qu’après je m’entends avec Union de Douala, c’est tout à fait normal pour moi que ce soit un stage de manqué. Mais, il y a toujours des mesures pour lesquelles on doit s’arrimer pour rester dans les normes de l’évolution de l’entraînement aussi. On peut obtenir des supports que les autres ont reçus pour travailler. Mais, pour le moment, je ne suis pas entraîneur d’Union. C’est comme si Union peut prendre un autre et que cette personne arrive sans avoir pris part à ce stage. C’est la même chose. Si on prend un entraîneur qui n’est pas celui d’Union de Douala maintenant et qu’après il soit recruté par le club, je pense qu’on est dans la même situation. On va réfléchir. Mais, pour le moment, je ne suis pas l’entraîneur d’Union de Douala (…) Pour le moment, on ne prend que les entraîneurs qui sont en charge des équipes premières. Je suis dans la même mouvance que les entraîneurs qui ne sont pas partis à ce stage ; ceux qui sont restés à la maison.

Propos recueillis par A.C

Sports

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *