Santé : Comment assurer une hygiène des menstrues

Pendant cette période, chaque femme prend des dispositions particulières pour renforcer sa toilette intime.

«Lors de mes menstrues, je fais ma toilette après 1h30 minute lorsque je suis à la maison. Je ne mange et ne bois pas beaucoup, de peur de trop saigner », confie Amanda Nana, étudiante. Comme elle, chaque femme procède d’une manière particulière pour faire son hygiène menstruelle. En effet, chaque mois, et ce dès l’âge pubère, la jeune fille subit de multiples transformations corporelles, parmi lesquelles les menstrues. Ces dernières se manifestent par « un écoulement de sang qui provient de l’appareil génital de la femme. Cet écoulement dure en moyenne cinq jours et, pendant cette période, la femme doit se garnir pour ne pas se salir », explique Armand Kamga Talom, gynécologue.

Durant la période des menstrues, les femmes mettent un accent particulier sur leur hygiène, et cela passe par la toilette intime. Ginette, étudiante témoigne : « Pendant ma période de saignement, je fais ma toilette intime plusieurs fois. J’utilise de l’eau propre uniquement. Par moment, je fais ma toilette avec le gel de lavage Cytéal, qui m’avait été prescrit par un médecin. Avec mon emploi de temps scolaire, je suis obligée de me garnir deux fois par jour, c’est-à-dire le matin et le soir. Mais quand je suis à la maison, je le fais trois fois par jour ». Kissy Abeng, communicatrice, renchérit : « pendant cette période, je double mes séances de bain. Car, à chaque saignement, on transpire un peu plus. Du coup, c’est mieux de se rafraîchir et de changer de serviettes hygiéniques tout le temps ».

Toilette intime
Comme elles, de nombreuses femmes usent de méthodes particulières pour avoir une hygiène impeccable pendant et après la période de menstruations. Cette hygiène varie également selon les croyances. Isabelle, commerçante, explique comment cette toilette se passe dans sa famille : « j’ai eu mes premières règles en classe de troisième et ma mère m’a apprise à faire ma toilette intime pendant et après les saignements. Elle m’a dit que c’est ainsi que ça se passe depuis des générations dans notre famille. Je me nettoie trois fois par jour avec de l’eau propre uniquement. A la fin des saignements, je fais un bain de siège avec de l’eau bouillante et du sel ou du citron.

Ce bain de siège permet aux déchets de sortir de mon organisme et me nettoie en profondeur ». « Pendant la période des menstrues, je fais ma toilette intime normalement comme chaque jour. Seulement, à la fin de cette période, je fais une toilette spéciale comme toute femme musulmane. Ça s’appelle la grande ablution et cela permet de se purifier. On commence par une intention adressée à Allah. Ensuite, on doit bien purifier les endroits qui ont étés souillés. On le fait avec la main gauche et de l’eau pure. On peut utiliser le savon, mais à condition de bien se rincer après. Puis on se lave la bouche, le nez, le visage, les avant-bras, la tête et les oreilles. Après cette étape, on se lave le reste du corps. A la fin, on récite une prière », explique Maïramou, fidèle musulmane.

De la classique serviette réutilisable à la récente cup menstruelle, les femmes disposent d’une large gamme de choix pour se protéger durant la période de menstruation. Certaines d’entre elles utilisent des serviettes hygiéniques. C’est le cas de Francine, enseignante. « J’utilise des serviettes hygiéniques qui ne contiennent pas de parfum. Je trouve qu’elles sont plus confortables et plus pratiques que les autres méthodes. Je m’arrange juste à les changer quatre fois par jour, et j’avoue que c’est le seul déchet que je prends la peine moimême de jeter au bac à ordures du quartier », explique Francine. Isabelle quant à elle, a opté pour des tampons hygiéniques, qu’elle trouve adaptés à son corps.

« Avant j’utilisais des serviettes hygiéniques, mais j’avais des démangeaisons aux parties intimes. Mon gynécologue m’a expliquée que je faisais une allergie. Depuis lors, j’utilise des tampons hygiéniques. Jusqu’ici je n’ai eu aucun souci avec ceux-ci. Je m’arrange juste à respecter le temps maximal qui est de quatre heures », confiet-elle. La dernière tendance qui a vu le jour il y a quelques mois, c’est la cup menstruelle. Celleci est faite en silicone et est réutilisable pendant 15 ans. Asta, adepte de cette méthode, ne jure que par elle.

« Ça fait quelques mois que j’ai découvert la cup menstruelle, et j’y suis déjà abonnée. Elle me permet de faire des économies et de ne plus stresser en journée. La cup se charge de recueillir mon sang, et je la vide chaque soir et chaque matin », explique Asta, comptable. Maïramou quant à elle, reste fidèle à la bonne vieille méthode. Des morceaux de couches lavables pour bébé lui servent de protection durant sa période des menstrues. « Je n’ai pas besoin de grand-chose pour me garnir. Un morceau de couche carrée de bébé et le tour est joué. Lorsqu’il est sale, je le lave et le réutilise une fois sec ».

Instaurée depuis 2014, la communauté internationale commémore chaque 28 mai, la journée mondiale consacrée à l’hygiène menstruelle. Le choix de cette date n’est d’ailleurs pas anodin. Le chiffre 28, correspond à la durée moyenne d’un cycle menstruel. Le chiffre 5 (mois de mai) quant à lui, correspond au nombre de jours moyen de la durée des règles. Le but de cette journée est de rompre le silence au sujet de l’hygiène intime, et de diffuser l’information pour permettre à la communauté en général et à la communauté scolaire en particulier, de communiquer et d’échanger sur l’amélioration de la gestion de l’hygiène menstruelle.

Murielle Tchoutat

Santé, Une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *