Santé : Des cas suspects de choléra dans le Littoral

Les autorités administratives et sanitaires qui ne confirment pas des cas positifs sont en alerte et appellent au respect des mesures préventives.

Depuis quelques jours, des messages et documents annonçant une épidémie de choléra dans la région du Littoral circulent sur la toile. Ils font état de cas de choléra confirmés dans des hôpitaux et districts de santé dans la capitale économique. Les messages abondamment partagés sur les réseaux sociaux qui parlent d’une épidémie suscitent des inquiétudes auprès des usagers. Ces derniers s’interrogent sur la véracité de ces publications et le cas échéant, sur l’ampleur de l’épidémie. Qu’en est-il exactement ? Le reporter a entrepris d’effectuer une descente de terrain dans les sites évoqués. Premier arrêt ce jeudi 23 janvier 2020, l’hôpital de district de Deïdo, dans l’arrondissement de Douala 1er. Il est 10h30.

En l’absence de la directrice générale, Dr Bertin Lekane se propose d’apporter quelques précisions. Il soutient qu’aucun cas de choléra n’a jusqu’ici été confirmé dans la formation sanitaire. « Nous avons eu trois cas suspects de choléra la semaine dernière. Ces cas ont été référés à l’hôpital Laquintinie», a-t-il relevé. D’après le docteur, c’est après analyses au labo du centre pasteur que peut être déclaré un cas positif, et donc une épidémie de choléra. Les messages sur la toile annonçaient pour ce centre de santé trois cas de choléra et deux décès. Il n’en est rien, à en croire le Conseiller médical.

En alerte
Deuxième arrêt, l’hôpital Laquintinie de Douala. Il est 12h. Ici, Sandra Ekedi de la cellule de communication indique qu’un cas suspect de choléra en provenance de Deïdo a été enregistré la semaine dernière. Le patient a été isolé dans la tente dressé non loin des urgences. Difficile de dire s’il s’agissait d’un cas de gastroentérique ou de choléra, relève – t-elle. « Il faut vous rendre du côté du service de santé de district de Deïdo qui est mieux placée pour vous donner l’information sur des cas positifs enregistrés ou non dans le district», indique Sandra Ekedi. Au service de santé de district de Deïdo sis au quartier Akwa, la responsable « est occupée». Son collaborateur qui nous est recommandé fait savoir « qu’un cas suspect a été pris en charge en provenance de Deïdo, mais aucun cas n’a été confirmé. Sinon on devait être sur le terrain actuellement. Mais nous sommes en alerte depuis la semaine passée sur instruction du ministre», note –t-il.

Il nous oriente ensuite vers le Centre de coordination et de contrôle du choléra (C4), habileté à parler du sujet. Dr Kamè, le coordonnateur du centre n’est pas en poste ce jeudi. Joint par téléphone pour en savoir davantage sur le sujet, le responsable « le communiqué du gouverneur, c’est ça l’information que nous avons à notre niveau », avance –t-il. Sans plus. Le communiqué de Samuel Dieudonné Ivaha Diboua daté du 22 janvier 2020 ne parle pas de la présence ou non d’une épidémie ou de cas suspects de choléra dans le Littoral. Le communiqué radio-presse informe tout juste qu’ «en cette période de saison sèche, favorable à la survenue d’une épidémie de choléra, le gouverneur de la région du Littoral invite toutes les populations vivant dans son unité administrative à respecter les mesures préventives suivantes (…) ».

Mesures préventives
Le document énumère huit mesures en lien avec des règles d’hygiène. « Conduire immédiatement, dans une formation sanitaire, toute personne effectuant au moins trois selles liquides par jour », conclut le huitième point dudit communiqué. Joint par téléphone, Dr. Noël Essomba, le directeur de l’hôpital de district de Nylon ne confirme, ni n’infirme des cas de choléra dans son hôpital. «Rapprochez-vous du service de santé de district de Nylon», recommande-t-il, sans plus. A la délégation régionale de la Santé publique du Littoral au quartier Bonanjo, « le délégué ne reçoit pas depuis le matin. Des journalistes sont passés un peu plus tôt, ils n’ont pas été reçus», martèle la secrétaire.

Mathias Mouendé Ngamo

Santé, Une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *