Santé : Douala se dote d’un centre d’hémodialyse

Logé à la polyclinique Idimed, ce centre moderne privé dispose de 20 postes de dialyse et a une capacité fonctionnelle de 60 patients par jour.

Les maladies rénales sont devenues un véritable problème de santé publique au Cameroun, vu le taux de prévalence et de mortalité. Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, le gouverneur de la région du Littoral, qui dresse cet état des lieux, fait savoir que l’Etat du Cameroun a pris un certain nombre de dispositions pour pallier le problème. Il s’agit notamment depuis 2002, de la subvention de l’ordre de 95% des frais de dialyse chez chaque patient. L’Etat a en outre multiplié des campagnes de sensibilisation autour de la maladie. «Mais l’offre en soins demeure insuffisante », reconnait le gouverneur. A côté de la carence de l’offre en soins, il y a également des problèmes de pannes de machines et des ruptures des kits qui ont plusieurs fois provoqué le courroux des malades de l’hôpital général de Douala, jusqu’alors seul centre d’hémodialyse dans la capitale économique.

Des patients souffrant d’insuffisance rénale dans la ville de Douala espèrent leur calvaire apaisé avec la mise en service le 04 avril 2019, du Centre d’hémodialyse de Douala (Chd). Le nouveau centre moderne privé qui fonctionne 24h/24 et 7jours/7 est logé dans les locaux de la polyclinique Idimed au quartier Bonapriso. Il est doté de 20 postes de dialyse équipés de machines dernière génération. Il a une capacité fonctionnelle de 60 patients au quotidien, apprend-on. Dr. Rodolphe Fonkoua, le directeur de la polyclinique Idimed, relève que la survie d’un tel centre tient à son personnel, au Back-up, à la qualité et la pérennité du matériel, mais surtout au turn-over des consommables.

«L’hémodialyse est une des spécialités les plus difficiles. Ses équipements sont extrêmement chers, fragiles et nécessitent des entretiens quasi quotidiens. Nous avons la prétention d’avoir du matériel de dernière génération et surtout d’en avoir en back office. C’est-à-dire que si on a un générateur en panne, avant qu’il ne soit réparé, on le remplace. Grâce au partenaire, on va mettre en place un système de gestion de consommables de sorte que, lorsqu’on sera à trois mois de nos réserves, une commande sera lancée pour ne jamais être en rupture », rassure Dr. Rudolphe Fonkoua.

Mathias Mouendé Ngamo

Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *