Santé : La guerre contre les parasites

La 2e phase de la campagne nationale de lutte contre la bilharziose et les vers intestinaux a été lancée à l’école publique Baloua Makenene dans le Mbam et Inoubou.

Au Cameroun, 10 millions de personnes sont porteuses de vers intestinaux et plus de 2 millions souffrent de bilharziose. Les personnes les plus vulnérables sont les enfants en âge scolaire (5-14 ans). Jusqu’ici, à travers le programme national de lutte contre la schistosomiase et les helminthiases intestinales, le nombre de personnes traitées par an est passé de 170.000 à plus de 9 millions en 2017. De récentes études ont montré une baisse des prévalences de la schistosomiase et des vers intestinaux dans les différentes régions du Cameroun. On observe une réduction globale de plus de 90%, de la prévalence des vers intestinaux (helminthiases intestinales) et de plus de 70% de la prévalence de la bilharziose (schistosomiase).

Cependant, ces mêmes études ont relevé la persistance de fortes prévalences de la bilharziose et des vers intestinaux dans certaines localités. Comme celle de la commune de Makenene où le taux de prévalence de la schistosomiase est encore supérieur à 30% chez les enfants dans plusieurs écoles, et même au sein de la population. Une des raisons pour lesquelles la localité de Makene a été choisie pour lancer la 2e phase de la campagne nationale de lutte contre ces maladies. Une cérémonie coprésidée par le ministère de la Santé publique et le ministère de l’éducation de base à l’école publique bilingue de Baloua Makenene. Dans cette école, la prévalence est de 40%. Il faudrait intensifier les traitements de masse en les élargissant à toutes les populations.
Alim Hayatou, le secrétaire d’Etat chargé de la lutte contre les épidémies et les pandémies, a annoncé que Good Neighbors est un nouveau partenaire dans la lutte contre les maladies tropicales négligées. Cette Ong apportera un appui à la région du Centre pour la lutte contre ces maladies pendant les 3 prochaines années. Il portera sur la sensibilisation, la distribution des médicaments (Praziquantel et Mebendazole), l’amélioration a l’accès à l’eau potable par la construction de 28 forages dans le district de santé de Ndikinimeki.

Le Pr Louis Albert Tchuem Tchuenté, le coordonnateur du programme de lutte contre ces maladies a dressé le bilan de cette campagne de dépistage : « En janvier-février 2019, nous avons traité plus de 3 millions de personnes contre les vers intestinaux et plus de 4.4 millions contre la schistosomiase dans le cadre de la 1ere phase de la campagne nationale de déparasitage. Pour cette 2e phase de la campagne, l’objectif est de déparasiter 3.8 millions d’enfants d’âge scolaire dans six régions du Cameroun : les 3 régions septentrionales, l’Est, l’Ouest et le Centre ». En rappel, la bilharziose est une maladie parasitaire causée par des vers appelés schistosomes qui vivent dans les veines autour de la vessie ou de l’intestin. La personne parasitée contamine l’eau en déféquant dans la nature. L’on s’infecte lors du contact avec l’eau douce contaminée. Les helminthiases intestinales (vers intestinaux) sont des maladies parasitaires causées par des vers ronds ou nématodes qui vivent dans l’intestin de l’homme. Les symptômes sont entre autres : présence fréquence de sang dans les urines ou les selles, diarrhées fréquentes, douleurs abdominales, fatigue générale.

Vicky Tetga

Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *