Santé oculaire : Les opticiens se mettent à la page

La troisième session de validation des acquis en cours a débuté le 08 août dernier à Yaoundé.

«De l’expérience des métiers de l’optique lunetterie au Cameroun» est le thème de la 3e session de validation des acquis pour les professionnels des métiers de l’optique au Cameroun. La session en cours a débuté le 8 août dernier et s’achèvera le 8 Septembre 2019. Considéré par le passé comme des professionnels illégaux de la santé visuelle, 72 opticiens venus de tous les coins du Cameroun suivent une formation théorique de 30% et de pratique de 70% organisée par l’Ordre national des opticiens du Cameroun (Onoc). Cette formation leur permettra à la fin d’être inscrits au tableau de l’ordre. «La session qui est en cours fait partie des actions que nous avons commencé il y a deux ans en vue d’améliorer la formation et le fonctionnement de la profession au Cameroun. La diplomation était à deux niveaux à savoir l’examen d’ouvrier monteur-vendeur et l’examen en cours qui est celui des techniciens en optique lunetterie qui sont des adjoints des gérants. Mais, les 4 et 5 septembre prochains nous allons former pour le diplôme de technicien supérieur opticien-lunettier dont le référentiel de formation est universel», précise Théodore Mbega, président de l’Onoc.

Il faut savoir que les formations organisées par l’Onoc sont le résultat d’un toilettage initié par le ministère de la Santé publique, depuis juin 2016. Cette année, une décision portant fermeture des cabinets d’optique illégaux avait été publiée. 42 cabinets d’opticien illégaux avaient été fermés à Douala et Yaoundé. Compte tenu de la demande forte dans ce domaine, le Ministre de l’emploi et de la formation professionnelle (Minefop) et l’Onoc, en Avril 2017, ont signé une convention de partenariat pour venir en aide aux brebis galeuses. C’est le cas de Grégoire Nguemasson dont le cabinet est à Douala. Ce dernier confie que, «les cours de formation continue que je suis me permettront de devenir technicien en optique lunetterie. L’accent est beaucoup mis sur la pratique que théorique. Les connaissances acquises aujourd’hui me rendent beaucoup plus apte que par le passé».

D’après les résultats d’une campagne de contrôle publiés par l’Onoc en décembre 2015, sur les dix régions du Cameroun quatre n’avaient pas d’opticien diplômé. Pour la cérémonie organisée vendredi dernier à Yaoundé, le Minefop, Issa Tchiroma Bakary, révèle que, «le président de l’Ordre dit que le Cameroun a moins de 200.000 opticiens lunettiers et que le Cameroun a besoin d’au moins 600.000. Il y a donc un gap considérable qui est manquant et à couvrir. Le président de la République demande de recruter au 500.000 camerounais pour le compte de l’année en cours. Et, que les compatriotes sachent que ce métier a besoin d’au moins 400.000 pratiquants pour couvrir l’ensemble du territoire national». Imaginez le nombre de malades de ces régions en l’absence de professionnels qualifiés et le 21eme congrès de la société Camerounaise d’ophtalmologie en février 2015 révélait que 600.000 patients étaient menacés de cécité.

Thierry Etoundi (Stg)

Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *