Snjc : Les représentants du Centre installés

Durant leur mandat dans cette région, un accent sera mis sur la convention collective pour améliorer les conditions de travail des journalistes.

Vêtues de T Shirt rouges et blancs au motif africain, les membres du Snjc pour la région du Centre ont pris fonction. La cérémonie d’installation desdits membres s’est déroulée le 13 décembre dernier au bois Saint-Anastasie à Yaoundé. Un bureau qui rassemble les acteurs des différents supports médiatiques (presse écrite, radio, télé, presse en ligne) au Cameroun. Il est constitué en partie d’un président, d’un vice-président, d’un secrétaire et des conseillers. Pour ces nouveaux membres, un accent sera mis en particulier sur la convention collective pour améliorer les conditions de travail des journalistes. C’est un texte qui définit les règles du traitement des salaires accordés à chaque employé dans une entreprise de presse.

« Notre cheval de bataille durant ce mandat sera axé sur l’application de la convention collective au sein des entreprises de presse. Car, la situation du journaliste camerounais est très critique. On ne peut pas accepter que les journalistes continuent de vivre dans ces conditions. Sinon, nous allons droit vers le chaos », a affirmé Thierry Eba, le président du Snjc-Centre. En plus, le Syndicat national des journalistes du Cameroun (Snjc) voudrait enregistrer le maximum d’adhérents. « Nous ne pouvons être fort que lorsque nous pourrons peser en
nombre. Tant que nos interlocuteurs feront un syndicat moribond qui n’arrive pas à faire de mobilisation, nos préoccupations ne porteront pas », a poursuivi Thierry Eba.

Pour ces nouveaux élus, l’autre enjeu de ce mandat sera de faire un tri dans le milieu de la presse au Cameroun. Car, c’est tout le monde se revendique journaliste. Il faudrait faire extraire le bon grain de l’ivraie. L’occasion était donnée aux membres de ce syndicat de faire quelques précisions sur le rôle du journaliste. « Nous ne sommes pas le 4epouvoir, nous sommes le contre-pouvoir. Nous sommes là pour rappeler au pouvoir ce qu’il n’a pas fait de bien », a déclaré Nathanaël Njog, le secrétaire général du Snjc. Devant les représentants du ministère du Travail et de la Sécurité sociale (Mtss) et celui du ministère de la Communication (Mincom), des doléances ont été formulées. Entres autres, le Snjc demande une plus grande implication lors des décisions prises dans le secteur médiatique au Cameroun.

Vicky Tetga

Communication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *