Volleyball : Les jeunes de Nitoukou tiennent leur terrain

La plateforme inaugurée par le préfet du Mbam et Inoubou samedi dernier en présence du président de la Fécavolley servira à la formation et la détection.

C´est officiel depuis samedi dernier, avec le démarrage des activités sur le nouveau terrain de volleyball du village Nitoukou, après un mois de travaux. La plateforme qui a été inauguré par le préfet du Mbam et Inoubou, en présence du président de la Fécavolley. Un geste d’Angélique Enanga, par ailleurs maire de la localité, en faveur de la jeunesse, qui n´entend pas s´arrêter là. Le premier magistrat promet d´autres espaces pour la pratique du basketball, handball, tennis et autres. Désormais un terrain de volleyball aux normes, plus une tribune pouvant accueillir plus de 250 personnes, pose désormais fière allure dans le village Nitoukou, au grand bonheur des jeunes du village. Un espace qui devra permettre à coup sûr, l´épanouissement des jeunes apprenants, désireux faire carrière dans cette discipline, mais également la détection et la formation.

Une avancée significative dans la politique de refondation, mise en place par la Fecavolley, avec en pole position, le programme de développement du volleyball. Pour la circonstance, le ton est donné, avec une rencontre de haute facture, qui mettait aux prises Bafia volleyball évolution à Bafang volleyball. Nitoukou est le deuxième village après celui d´Assala 1, à bénéficier d´une plate-forme dans le département du Mbam et Inoubou. Le choix du département du Mbam et Inoubou, d´ériger des plateformes, n´est pas un fait de hasard pour le président de la Fédération camerounaise de volleyball, il est question d´implémenter le volleyball à la base. « En terme d´impact, nous allons continuer le travail sur l´ensemble de la République, la plateforme de Nitoukou constitue un point d´action de la fédération, qui a choisi l´extrême-nord, avec la région de Yagoua et le Mbam et Inoubou, pour implémenter le volleyball à la base, au regard du gabarit et du potentiel morphologique. Nitoukou est une étape de ce que nous faisons, nous allons rencontrer des anciens volleyeurs internationaux, en l´occurrence la famille Denguessi, qui a promis de nous appuyer en termes de matériel. Il n´est pas exclu que d´ici deux ou trois ans que l´on puisse avoir les premiers fruits de ce terrain dans l´équipe nationale de volleyball du Cameroun », précise Serge Abouem. A l´occasion le numéro de la Fécvolley a remis des paires de filets, ballons et équipements, et la prochaine étape, sera du côté de Bertoua.

Moïse Moundi

Sports

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *