Le boxeur camerounais, champion d’Afrique en 1981, veut être honoré de son vivant par la nation.

Si le football est considéré comme le sport roi au Cameroun, la boxe donne également des coups et se fraie du chemin. Wilfried Seyi, Hassam N’Dam, Francis Ngannou et bien d’autres boxeurs de la nouvelle génération, font la fierté du Cameroun sur les différents rings de la planète. Joseph Bessala, de regretté mémoire, a marqué son époque avec des combats de haut niveau. C’est d’ailleurs le tout premier boxeur camerounais médaillé aux Jeux olympiques. Une icône africaine. Parmi les boxeurs de la « Old school », figure également Zacharie Jamot Nembot.

C’est dans le club Source 2000, qu’il affute ses coups de poing dans les années 1970 avec le coach Ayissi Jean Baptiste. A force de travailler, il décroche de nombreux lauriers. « Je me suis adonné et j’ai été champion du Centre-Sud. J’ai été champion du Cameroun plusieurs fois dans les années 79-80 et plus, en 1981, j‘ai été champion d’Afrique. J’ai fait des stages partout en France, en Angola et tout cela me motivait à continuer. Certains de mes adversaires me fuyaient.» Il dit d’ailleurs avoir rencontré la légende américaine, Georges Foreman et avoir été reçu au sommet de l’Etat : « J’ai rencontré le champion du monde, Georges Foreman. C’était dans le cadre de sa tournée. Il affrontait les plus forts du monde. Dans notre combat, le verdict n’a pas été donné. J’ai été reçu par les présidents Amadou Ahidjo et Paul Biya après mes victoires lors des Jeux d’Afrique Centrale et autres compétitions. J’ai obtenu 3 médailles en or ». Passionné du noble art, Zacharie Jamot Nembot, avait décidé de mettre un terme à sa carrière.

Il n’était pas satisfait de ce qu’il recevait. « Les patrons recevaient de l’argent mais jonglaient ; alors j’ai décidé de mettre fin à ma carrière. J’ai même rédigé des demandes d’aide au ministre des sports, au président de la fédération de boxe. Je sollicitais de l’aide pour aménager le club que j’avais mis sur pied afin de transmettre mes connaissances aux plus jeunes. J’ai reçu des promesses infructueuses depuis 2012. » Et d’ajouter : « Je me suis formé comme entraîneur. J’ai un diplôme d’entraîneur de premier degré national. J’ai également un diplôme de juge-arbitre continental. » Face au silence assourdissant, le boxeur a définitivement abandonné sa passion avec beaucoup de peine. « La nation ne m’a pas traité comme il fallait. Je ne veux pas qu’on vienne me décerner une médaille à titre posthume, mais qu’on me prenne en charge pendant mon vivant. » A plus de 70 ans, Zacharie Jamot Nembot ne peut plus monter sur le ring et n’a pas les moyens pour transmettre son savoir à la jeune génération. Il a raccroché ses gants pour se consacrer à « la vente des produits de santé. »

Solière Champlain Paka et Cécile Ambatinda

Sports

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *